Il y a 40 ans: l′attentat contre Rudi Dutschke | Allemagne | DW | 10.04.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Il y a 40 ans: l'attentat contre Rudi Dutschke

1968:le monde tremble sous les protestations contre la guerre du Vietnam et les impérialismes américain et soviétique. Rudi Dutschke est le leader de la contestation allemande. Le 11 avril 1968, on tente de l'assassiner.

ARCHIV - Der Studentenführer und Ideologe des Sozialistischen Deutschen Studentenbundes (SDS), Rudi Dutschke, am 6. März 1968 in der Aula der Halenpaghenschule im niedersächsischen Buxtehude am Rednerpult. Die Umbenennung eines Teiles der Berliner Kochstraße in Rudi-Dutschke-Straße wurde am 29.08.2005 von der Bezirksverordnetenversammlung (BVV) beschlossen. Nach monatelangem Streit soll damit einer der Anführer der Studentenbewegung der 60er Jahre geehrt. Gegen diese Entscheidung gehen betroffene Anwohner jetzt juristisch vor. Foto: Rolf Kruse dpa (nur s/w) +++(c) dpa - Bildfunk+++

Rudi Dutschke, le leader de la révolte estudiantine en Allemagne

De Berkeley à Paris, de Tokyo à Prague, de Mexico à Berlin, la jeunesse du monde entier se soulève en ce printemps 1968 pour protester contre la guerre du Vietnam, contre les impérialismes américain et soviétique, et contre l'ordre établi. En Allemagne, il n'y a pas vraiment de « Mai 68 », mais plutôt une rébellion générale qui a commencé deux ans plus tôt autour de l'APO, l'opposition extraparlementaire. Rudi Dutschke est la figure de proue de l'APO :

students leader Rudi Dutschke, talking on a microphone to demonstrators during a protest action in Berlin. (AP-Photo/Edwin Reichert/-1968-) (Bild für Kalenderblatt)

Rudi Dutschke lors d'une manifestation à Berlin en 1968

« Notre époque n'est pas celle d'une simple et froide réflexion éloignée des réalités de la vie quotidienne, mais bien plus celle de la mobilisation générale. »

Depuis 1966, les étudiants réunis autour du SDS, la Fédération des étudiants socialistes, manifestent à Berlin et à Francfort contre la législation d'urgence en vigueur à l'ouest de l'Allemagne - alors coupée en deux par le Mur de Berlin. Les étudiants en colère manifestent contre la guerre du Vietnam, et contre tout régime autoritaire, comme celui du Shah d'Iran en visite à Berlin, le 2 juin 1967. C'est lors de cette visite qu'un policier tuera par balles un étudiant, Benno Ohnesorg. Le 2 juin 1967, c'est un peu le mai 68 allemand : le signal d'une révolte qui parcourt la République fédérale. Le philosophe Herbert Marcuse, maître à penser de la contestation, en résume le fondement :

Herbert Marcuse im Alter von 72 Jahren waehrend eines Interviews in den USA im Oktober 1970. Der am 29. Juli 1979 in Starnberg verstorbene Philosoph waere am 19. Juli 1998 hundert Jahre alt geworden. (AP Photo/Archiv)

Herbert Marcuse, maître à penser de la révolte

« Notre opposition dans les villes doit atteindre plusieurs objectifs. Donner le courage de surmonter le sentiment d'impuissance dont souffre la population et oser affronter les régimes impérialistes à l'origine de ce sentiment d'impuissance ».

Mais la répression est massive. Et la presse du groupe Springer, l'éditeur notamment du quotidien populaire Bild se réjouit de la brutalité policière. Elle désigne Rudi Dutschke, principal porte-parole du SDS, comme l'ennemi public numéro un. L'un des lecteurs de cette presse à scandales tente d'assassiner le leader estudiantin le 11 avril 1968. Les blessures à la tête dues à trois coups de feu sont très graves. Rudi Dutschke survivra à l'attentat, continuera à organiser forces manifestations, mais succombera à ses blessures onze ans plus tard.

Benno Ohnesorg wird bei seiner Einlieferung ins Krankenhaus, wo er kurze Zeit später starb, von Helfern des Roten Kreuzes umringt (Archivbild vom 2.6.1967). Der 26 Jahre alte Student war bei einer Anti-Schah-Demonstration in Berlin von einem Polizisten erschossen worden. Der Schriftsteller Uwe Timm erzählt in seinem neuen Buch Der Freund und der Fremde von Ohnesorg und auch ein bisschen von sich selbst. Foto: Joachim Barfknecht (zu dpa-Literaturdienst Der Tod machte Benno Ohnesorg bekannt - Uwe Timm über seinen Freund vom 12.09.2005) nur s/w +++(c) dpa - Bildfunk+++

La mort de Benno Ohnesorg, le 2 juin 1967, catalyseur de la contestation

L'attentat contre Rudi Dutschke, l'autre grande date de la révolte estudiantine de 1966-1969 en Allemagne. Une révolte qui redouble d'intensité après les coups de feu tirés contre son leader – selon Jürgen Reiche, commissaire d'une exposition sur 68 présentée actuellement à l'Amerika Haus de Berlin. Ce qui caractérise 68 en Allemagne, précise-t-il, c'est également un lourd questionnement de toute une génération sur les fautes commises par les parents et les grands-parents sous le national-socialisme. Sujet tabou dans les années 50, le travail de deuil sur le passé nazi commence à la fin des années 60.

« Il s'agit véritablement d'un conflit de génération. Il n'a pas seulement explosé dans les rues, mais au sein du cercle familial. D'un seul coup on n'acceptait plus les phrases du genre : tant que tu habites sous mon toit, c'est moi qui décide. D'un seul coup, on n'acceptait plus non plus d'être frappé par ses parents. »

  • Date 10.04.2008
  • Auteur Debrabandère, Carine
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/DfZl
  • Date 10.04.2008
  • Auteur Debrabandère, Carine
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/DfZl