De nouvelles sanctions en vue pour l′Iran | International | DW | 19.05.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

De nouvelles sanctions en vue pour l'Iran

Le programme nucléaire iranien continue d'inquiéter les pays occidentaux, mais aussi la Chine et la Russie. Les membres du Conseil de sécurité ont confirmé leur volonté d'imposer de nouvelles sanctions à Téhéran.

default

L'Iran est accusé de ne pas coopérer avec l'AIEA.

Cela faisait plusieurs semaines que les pays du Conseil de sécurité négociaient de nouvelles sanctions contre l'Iran, ce qui constituerait la quatrième série de sanctions depuis décembre 2006. La Russie et la Chine, qui ont longtemps plaidé la cause de Téhéran, ont fini par se rallier aux autres grandes puissances, ce qui montre bien l'inquiétude grandissante liée au programme nucléaire iranien.

L'accord signé lundi avec le Brésil et la Turquie a été accueilli comme un signe de bonne volonté, mais avec méfiance. Surtout, sitôt cet accord annoncé, l'Iran s'est empressé de faire savoir qu'il continuerait malgré tout d'enrichir de l'uranium sur son territoire. Et visiblement, cela a pesé sur la décision des grandes puissances de sanctionner une nouvelle fois le pays.

Erdogan Lula da Silva und Ahmadinedschad in Teheran

Lundi, un accord portant sur un échange d'uranium a été signé à Téhéran avec le Brésil et la Turquie.

Elles considèrent en effet que si l'Iran obtient le combustible nucléaire dont il a besoin pour son réacteur de recherche civil - c'est ce qui est prévu dans l'accord avec le Brésil et la Turquie - alors le pays n'a pas besoin d'enrichir davantage d'uranium. S'il le fait, c'est qu'il le destine à un autre usage... probablement militaire.

Déception pour les médiateurs

Du côté du Brésil et de la Turquie, qui avaient tenté une médiation inédite, l'heure est à l'incompréhension, voire au mécontentement. Le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, avait cherché mardi à dissuader les États-Unis et leurs alliés de recourir à de nouvelles sanctions :

"Pourquoi avons nous fait tous ces efforts? Pour arriver à un nouvel environnement psychologique, dont les éléments de base seraient la confiance mutuelle et un esprit de coopération. Et en effet, l'Iran a montré hier de la flexibilité, de la volonté politique et une vision du future dans cette affaire. Maintenant nous attendons la même flexibilité et la même volonté politique pour parvenir à un nouvel environnement qui permette de résoudre ce problème par des moyens diplomatiques."

Iran Militärmanöver im Persischen Golf

Européens et Américains souhaiteraient une interdiction totale des ventes d'armes à l'Iran.

En quoi consistent ces nouvelles sanctions? Tout d'abord, elles ne sont pas encore votées. Elles pourraient l'être au début du mois de juin. Le projet interdirait la vente de huit nouveaux types d'armement lourd à l'Iran, des chars notamment.

Ensuite, les sanctions visent tout ce qui pourrait favoriser le programme nucléaire. L'Iran ne pourra plus investir dans certaines activités à l'étranger, les mines d'uranium en particulier, et ses transactions financières, ainsi que ses échanges par la mer, seront étroitement surveillés. Enfin, une série de mesures concerne les Gardiens de la révolution, ce groupe paramilitaire proche du pouvoir iranien, dont de nombreux avoirs pourraient être gelés.

Auteur : Sébastien Martineau

Édition : Audrey Parmentier

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !