De l′absurdité du colonialisme | Coupe du monde de football 2018 | DW | 26.01.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

De l'absurdité du colonialisme

Dans « Le vieux nègre et la médaille », Ferdinand Oyono dénonce le système colonial. Il nous fait vivre des situations cruelles et cocasses par le biais du vieux Meka, un villageois camerounais, décoré par les Blancs.

default

Voici pour commencer un extrait parlant du roman: "Tu as beaucoup fait pour faciliter l'oeuvre de la France dans ce pays. Tu as donné tes terres aux missionnaires, tu avais donné tes deux fils à la guerre où ils ont trouvé une mort glorieuse... (Il essuya une larme imaginaire.) Tu es un ami."

C'est de là que part toute l'histoire. Meka, le vieux nègre du titre, se voit décerner une médaille par les colons, pour le remercier de ses sacrifices. Une décoration absurde, qui va faire entrer Meka, villageois naif, en contact avec le monde inconnu des Blancs.

Ce roman a été écrit en 1957, donc avant l'accession du Cameroun à l'indépendance, or il préfigure magistralement les bouleversements qui attendent le pays de Ferdinand Oyono.

DW-Redakteure empfehlen afrikanische Bücher - Sandrine

Sandrine Blanchard, membre de la redaction francophone, a bien aimé le livre de Ferdinand Oyono

Un style caractéristique

Dans son roman, Ferdinand Oyono use d'un style alerte et très drôle…plein d'effronterie. Il n'hésite pas à mettre en boîte les Blancs, bien sûr, les colons, qui sont présentés comme un groupe vil, sans visage distinct. C'est-à-dire exactement comme les Noirs ont longtemps été représentés dans la littérature européenne : comme faisant en quelque sorte partie du décor, mais sans personnalité propre, ils symbolisent un système. Mais ce regard acerbe d'Oyono sur les Blancs ne l'empêche pas de se moquer aussi des Noirs, irrésistiblement naïfs au début de l'histoire, mais qui évoluent au fil du roman vers une prise de conscience politique.

La rencontre entre deux mondes

Les deux mondes qui s'entrechoquent dans le roman, celui des colons et celui des colonisés, ne peuvent pas cohabiter. Ils ne se parlent et ne se comprennent pas. Finalement, ce roman de Ferdinand Oyono, est une sorte d'initiation du candide Meka et, à travers lui, de sa communauté. Grâce aux épreuves qu'ils traversent, les Camerounais perdent leurs dernières illusions et comprennent l'intérêt de se solidariser, pour conquérir la liberté qui leur revient de droit.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Jean-Michel Bos