Berlinale 2018 : les films africains au second plan | Allemagne | DW | 16.02.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Allemagne

Berlinale 2018 : les films africains au second plan

La Berlinale démarre ce jeudi ! Pour sa 68ème édition, le festival international du film de Berlin a relégué la programmation africaine dans les sections parallèles.

Écouter l'audio 01:57

Les films africains au second plan à la Berlinale 2018

On se souvient du magnifique succès l'an dernier de "Félicité", tourné à Kinshasa par Alain Gomis, qui avait reçu l'Ours d'argent à la Berlinale.

Cette année, malgré quelques titres trompeurs tels que "7 jours à Entebbe", on a beau chercher, il n'y a pas de films africains en compétition. En revanche, ils sont bel et bien présents dans les catégories parallèles.

La RDC à l'affiche

Berlinale 2017 | Filmstill Maman Colonelle

Le réalisateur congolais Dieudo Hamadi

La RDC est par exemple représentée deux fois. Avec "Kinshasa Mokambo" de Dieudo Hamadi, auteur de "Maman Colonelle" qui avait reçu l'an dernier, entre autres, le prix du public.

Le nouveau documentaire du réalisateur suit trois activistes, Ben, Jean-Marie et Christian qui se battent chacun à leur manière contre la candidature de Joseph Kabila à un troisième mandat. "Maki'la" présenté dans la catégorie Forum évoque quant à lui sous forme de fiction cette fois, de jeunes Congolais qui vivent dans les rues de Kinshasa.

C'est le premier long métrage de Machérie Ekwa Bahango.

Jean-Pierre Bekolo Regisseur

Le réalisateur camerounais Jean-Pierre Bekolo

Egalement dans la catégorie Forum, "Apatride" revient sur l'expulsion de 45.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975 tandis que "Afrique, la pensée en mouvement" documente la première édition des Ateliers de la pensée qui avait réuni en 2016, au Sénégal, des intellectuels sur le thème du présent post-colonialiste.

Le film est signé du réalisateur camerounais Jean-Pierre Bekolo.

Dans la section Panorama, "Al Gami'ya" analyse un système de financement autogéré mis en place par les habitants d'un des quartiers les plus pauvres du Caire en Egypte.

Les perles du festival

A signaler également quelques petites trouvailles comme la restauration du film "Tahia ya Didou" de Mohamed Zinet, film sur la ville d'Alger tourné en 1971 qui est devenu culte et qui sera montré pour la première fois dans sa nouvelle version.

Ou encore dans la catégorie courts-métrages "Burkina Brandenburg Komplex", qui met en scène pendant 19 minutes un village africain habité... par des Allemands.

La Berlinale a lieu jusqu'au 25 février, et la remise des Ours se tiendra le samedi 24.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !