″Berlin et Paris main dans la main″ | Vu d′Allemagne | DW | 23.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

"Berlin et Paris main dans la main"

La signature du nouveau traité franco-allemand à Aix La Chapelle fait la Une des journaux allemands. Les éditorialistes y voient surtout un message fort adressé à ceux qui ne croient pas en l'Union européenne.

Angela Merkel et Emmanuel Macron. Les deux sourient. Ils se regardent dans les yeux. Avec une certaine tendresse. Sur les photos choisies par la presse allemande, la chancelière allemande et le président français semblent sur le point de s'embrasser. "Je sais que t'en meurs aussi d'envie", titre la Süddeutsche Zeitung.

"Berlin et Paris main dans la main" : on est clairement dans le registre de l'histoire d'amour, 56 ans après le baiser fraternel entre Konrad Adenauer et Charles de Gaulle.

Si pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le traité franco-allemand ne suffira pas à régler "l'éclatement du camp occidental, l'agressivité montante de la Russie, ou encore le bouleversement de l'économie mondiale, il n'est pas inutile, au contraire. Alors que l'Union européenne traverse la phase la plus difficile depuis sa création, il est utile que les deux membres les plus importants réaffirment leur volonté de travailler ensemble."

C'est "un signe contre le nationalisme qui monte en Europe, commente  la Frankfurter Rundschau. Car la devise n'est pas : mon pays d'abord, comme c'est le cas en Hongrie, en Italie ou au Royaume-Uni."

 

Fake News

De son côté, la Tageszeitung place la cérémonie d'Aix la Chapelle dans la perspective des élections européennes qui se tiennent dans trois mois. Même si on est largement "resté dans la dimension symbolique" sans "prendre de risque", le fait de rappeler aux électeurs "le souvenir de l'idée européenne comme une utopie positive n'est pas une fuite en avant, mais plutôt un cap à suivre."

Le quotidien de gauche en profite aussi pour rappeler les fausses informations qui ont circulé autour de ce traité, "répandues comme une trainée de boue sur les réseaux sociaux", propagées en France par l'extrême droite et Marine Le Pen.

"Non, le texte signé ne prévoit pas que la France donne l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne. Non, Berlin ne va pas recevoir les codes nucléaires français ou encore le siège de la France à l'ONU."

 

France - Italie

Du match amical France-Allemagne, on passe au match très disputé entre le France et l'Italie, après les déclarations fracassantes de Luigi Di Maio. Le chef de file du mouvement antisystème italien 5 étoiles a accusé Paris de ne jamais avoir cessé de coloniser l'Afrique et d'encourager ainsi la migration.

Luigi Di Maio accuse la France d'appauvrir l'Afrique

Luigi Di Maio accuse la France "d'appauvrir l'Afrique"

Pour la Süddeutsche Zeitung, il faut y voir avant tout une manœuvre de politique intérieure. C'est une manière d'occuper le terrain face au leader d'extrême droite Matteo Salvini, omniprésent sur le dossier de la migration. Mais le journal rappelle que la théorie de Di Maio est "plutôt bancale", car "parmi les personnes qui ont traversé la Méditerranée pour arriver en Italie en 2018, peu étaient originaires d'un Etat qui travaille avec le Franc CFA. La Côte d'Ivoire arrive en 8ème position, pour représenter 4% des arrivants."

En réalité, les attaques contre la France ont une autre visée, à savoir électorale : pour la SZ, critiquer Macron c'est critiquer ce qu'il représente, à savoir "le rejet des élites, des banques et de la bureaucratie de Bruxelles."

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !