Alpha Condé confirme sa candidature, l′opposition en furie | Afrique | DW | 02.09.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Alpha Condé confirme sa candidature, l'opposition en furie

En visioconférence, Alpha Condé a confirmé être "candidat des jeunes et des femmes". L'opposition annonce la reprise de ses manifestations.

Alpha Condé confirme qu'il est bien candidat à la prochaine présidentielle

Alpha Condé confirme qu'il est bien candidat à la prochaine présidentielle

"Je suis candidat des jeunes et des femmes", a affirmé ce mercredi, le président Alpha Condé. Il s'adressait en visioconférence depuis le palais Sekhoutoureah à des femmes réunies devant la présidence à Conakry pour soutenir sa candidature

Le lundi (31.07.2020), le Rassemblement du peuple de Guinée, son parti politique, avait annoncé la couleur, affirmant que le président acceptait d'être candidat.

Vif rejet de l'opposition, réunie au sein du Front national pour la défense de la Constitution, le FNDC, qui a déjà annoncé la reprise de ses manifestations.

Mais pas de calendrier pour l'instant. Sidya Touré, le président de l'Union des forces républicaines (UFR) indique que des consultations auront lieu prochainement. "Je pense qu'on déclinera tout cela dans les jours à venir. Mais qu'est-ce que le FNDC peut faire d'autre ? La Constitution nous donne le droit de manifester ! La seule manière d'y arriver est que ces manifestations soient plus importantes qu'elles ne l'étaient", estime l'opposant.

Les opposants guinéens entendent faire monter la pression sur le président Condé

Les opposants guinéens entendent faire monter la pression sur le président Condé

Des manifestations pas éfficaces

Depuis octobre 2019, la Guinée est secouée par des manifestations souvent sanglantes. Pouvoir et opposition s'en attribuent la responsabilité et publient des bilans contradictoires.

Or, ces manifestations qui visent à empêcher le troisième mandat du président Alpha Condé se révèlent jusqu'ici sans effet.

La phase décisive de la contestation, telle qu'elle est annoncée par l'opposition, risque donc bien de connaître le même échec car tout indique que le président Alpha Condé est déterminé à s'octroyer un troisième mandat après l'actuel qui expire en décembre prochain.

Gilles Yabi, analyste et fondateur du think tank citoyen Wathi, pense que l'opposition n'est pas assez forte pour faire plier Alpha Condé."Oui, elle manque de moyens ! On a un pouvoir en place qui a un agenda et qui le déroule. Chez certains membres de ce Front, il y a une tentation à aller à l'élection présidentielle et en même temps, à remettre en cause l'ensemble du processus. Donc c'est vrai que la position de l'opposition est inconfortable. Et surtout il y a un véritable risque que tout cela crée une possibilité de violences de plus en plus importantes", explique l'analyste. 

Écouter l'audio 02:17

Gilles Yabi : "La position de l'opposition est inconfortable"

L'opposition guinéenne exige le même engagement des organisations supranationales africaines qu'au Mali. Mais des médiations précédentes ont fait long feu.

En mars, quelques jours avant la tenue du référendum constitutionnel contesté, une visite de chefs d'Etats ouest-africains à Conakry avait même été annulée in extremis.