Allemagne: prison à vie pour Beate Zschäpe | International | DW | 11.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Allemagne: prison à vie pour Beate Zschäpe

La justice allemande vient de rendre son verdict dans le procès du groupe terroriste néo-nazi, le Nationalsozialistischer Untergrund (NSU).Beate Zschäpe, l'unique survivante a été condamnée à la réclusion à perpétuité.

Écouter l'audio 03:21
Now live
03:21 min

Le NSU est-il vraiment un trio? (Christian Binninger,président de la deuxième commission d'enquête du Bundestag )

C’est une affaire qui ressemble à un polar. Entre 2000 et 2007, l’Allemagne est touchée par une série de mystérieux assasinats. Les victimes, en majorité d’origine turque, sont des gérants ou employés de magasins, tués sur leur lieu de travail avec pratiquement la même arme. 
En dehors de cela, aucun lien n’est établi entre les vicitmes d’autant qu’une policière allemande a également été pris pour cible. L’enquête piétine. La solution, les enquêteurs la trouverons de manière tout à fait  inattendue  et celle-ci les conduira à une cellule néo-nazie. 

Complicité d'homicide
Après un braquage à Eisenach le 4 Novembre 2011, les corps des auteurs présumés sont retrouvés dans une caravane. Leurs noms: Uwe Böhnhardt et Uwe Mundlos. Ils se seraient apparement suicidés pour échapper à leur arrestation. 
En novembre 2011, Beate Zschäpe, présentée comme leur complice, se rend à la police. 
Elle est jugée depuis le 6 mai 2013 en plus de quatre hommes accusés de complicité d'homicide et de soutien à une organisation terroriste à Munich. Car en plus des meurtres, ils seraient à l’origine de deux attentats à la bombe à Cologne ayant fait plus de 20 blessés. 

Le procureur général avait requis la perpétuité pour Beate Zschäpe et des peines allant de 3 à 12 ans pour ses coaccusés. En février 2012, la chancelière Angela Merkel avait assuré : "Nous ferons tout pour éclaircir les meurtres et découvrir les complices et les bailleurs de fonds et conduirons tous les auteurs devant la justice."
Mais de nombreuses questions restent toujours sans réponse, notamment concernant le choix des victimes. 
Par ailleurs, il faut ajouter l’implication dans l’affaire d’un agent de l'Office fédéral de protection de la constitution (BfV), un service allemand de renseignements, la destruction de documents et des failles dans l’enquête. 
Des zones d’ombre que souligne la procureur adjointe Antonia von der Behrens. “Le rôle de la protection de la constitution n'a pas été vraiment éclairci. Et on n'a pas vu la volonté politique de le faire réellement,” explique-t-il.

Quid du NSU?
Au Bundestag, le parlement allemand, on s’est également interrogé sur cette affaire, les meurtres s’étant déroulés dans plusieurs villes d’Allemagne. Christian Binninger président de la deuxième commission d'enquête du Bundestag.“Le NSU était-il vraiment juste un trio? Et au milieu du trio, les deux hommes ont-ils commis seuls les crimes sans laisser de traces?” s'interroge Christian Binninger.
L'enquête criminelle sur le Parti national-socialiste souterrain pourrait se poursuivre après le procès devant le tribunal régional  de Munich. Car le procureur général fédéral mène des enquêtes préliminaires contre neuf autres personnes depuis des années. 
Cependant, les survivants et proches des victimes du NSU et les avocats des co-plaignants craignent qu'à la fin, personne ne soit jamais condamné. Martina Renner, députée du parti die Linke et experte du NSU.
“Les proches et les survivants, mais aussi les représentants des co-plaignants sont très préoccupés par le fait que cette procédure n'aboutisse pas. Ce serait un signal pour les militants néo-nazi  parce qu'il enverrait le message: vous pouvez soutenir un réseau extrémiste de droite, et meurtrier, rien ne se passera,“conclut la députée du NSU.


Martina Renner a été la présidente du comité d'enquête du NSU au parlement de Thuringe d’où  viennent Zschäpe, Böhnhardt, Mundlos et de nombreux autres extrémistes de droite. Elle déplore que dans cette affaire, beaucoup de questions restent sans réponse.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !