Abyei... où les deux Soudan s′entredéchirent à nouveau | Afrique | DW | 23.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Abyei... où les deux Soudan s'entredéchirent à nouveau

Depuis le référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan, en janvier dernier, la région d'Abyei est source de conflit entre Nord- et Sud-Soudan. Les combats ont repris, faisant craindre un retour à la guerre civile.

default

Abyei, au coeur des tensions intersoudanaises.

Le régime nord-soudanais d'Omar el-Béchir a envoyé des troupes dans l'enclave d'Abyei qu'il affirme désormais contrôler. Cette prise de contrôle est qualifiée « d'invasion » par le Sud et condamnée, entre autres, par les Nations Unies, qui craingnent un retour à la guerre civile au Soudan.

La région d'Abyei cristallise depuis des années les tensions qui opposent le Nord- et le Sud-Soudan. Malgré les accords de paix de 2005, sur le partage du Soudan et l'autonomisation progressive du Sud, Khartoum et Juba se disputent le contrôle d'Abyei. Le tracé de la frontière a déjà donné lieu à des affrontements violents. Douglas Johnson, écrivain spécialiste du Soudan, revient sur l'origine du conflit:

“Abyei est une anomalie. De nombreux Sud-Soudanais, les Ngok Dinka, y vivent depuis des siècles, mais, administrativement parlant, la région n'est pas raccrochée au Sud-Soudan. La dispute autour d'Abyei tient à deux raisons : la région occupée par les Ngok Dinka, leur lieu de résidence traditionnel, se trouve exactement sur des cours d'eau majeurs dont les gardiens de troupeaux du nord et du sud ont besoin pour faire paître leurs animaux. Et puis cette région compte de nombreux gisements de pétrole, c'est là que se trouvent les principaux lieux d'extraction situés hors du Sud-Soudan. »

Südsudan Referendum Frau im Wahllokal Abstimmung

Durant le référendum sur l'indépendance du Sud, en janvier 2011.

L'arrivée des troupes nordistes, le déploiement de chars sudistes le long de la rivière et les combats qui se sont ensuivis ont fait fuir des milliers de personnes ces derniers jours. Les appels du Conseil de sécurité, à cesser l'opération militaire et au retrait des troupes, sont restés lettre morte. A moins de deux mois de l'indépendance effective du Sud, le Nord-Soudan réclame la conclusion d'un nouvel accord de sécurité. Mais la marge de négociation est faible, de l'avis de Douglas Johnson:

“La solution proposée dans l'accord de paix, portait sur l'établissement d'une administration, un partage des revenus du pétrole, la garantie d'un accès pour les troupeaux, et l'organisation d'un référendum d'autodétermination à Abyei. Pour régler le problème, il suffirait d'appliquer l'accord existant.”

Et, en premier lieu, ce référendum qui n'a toujours pas eu lieu à Abyei. Cet accord permettrait peut-être d'éviter de retomber dans la guerre civile. La dernière, au Soudan, a duré plus de 20 ans, et, avec plus de 2 millions de morts et 4 millions de déplacés, elle fait partie des plus meurtrières du XXe siècle.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Georges Ibrahim Tounkara

La rédaction vous recommande