1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Tchad : Que cache Idriss Deby Itno ?

Suite à la tentative présumée de déstabilisation du pays, au moins sept personnes ont déjà été arrêtées, dont des députés, des officiers et des journalistes.

Idriss Deby Itno, le président du Tchad

Idriss Deby Itno, le président du Tchad

Cela fait huit jours maintenant que le Tchad vit au rythme des arrestations. Dans la nuit du 1er mai, date à laquelle le gouvernement a annoncé avoir déjoué un complot visant à déstabiliser le pouvoir du président Idriss Deby Itno, des échanges de coup de feu ont fait six morts et plusieurs blessés. Depuis, sept personnes ont déjà été arrêtées, dont deux députés malgré leur immunité parlementaire. Outre notre confrère et correspondant Eric Topona, un autre journaliste, Moussey Avenir De la Tchiré, directeur de publication du journal Abba Garde vient d'être arrêté.

Selon Daniel Dezoumbe Passalet, leader de la société civile et président de l'Association tchadienne des Droits de l'Homme Sans Frontière, ces arrestations s'expliquent par le fait qu'Idriss Deby Itno veut museler les journalistes, l'opposition et la société civile.

Eric Topona, le correspondent de la DW, est emprisonné au Tchad

Eric Topona, le correspondent de la DW, est emprisonné au Tchad

Selon certaines sources, il y a près de cinq ans que le Tchad n'avait plus connu une telle vague d'arrestations. Certains observateurs estiment donc que pour agir de la sorte, les autorités tchadiennes ont des intentions cachées : museler les différentes composantes de la société pour renforcer l'autorité du président et faire du pays un leader sur la scène régionale. Mais selon l'opposant Saleh Kebzabo, actuellement en Afrique du sud, cette perspective est utopique. Pour l'opposant, le Tchad étant un mauvais exemple en matière de démocratie, le pays ne peut donc pas prétendre à un quelconque leadership.

Depuis le début des événements du 1er mai, le président Idriss Deby en voyage dans le nord du pays, n'avait fait aucune déclaration. Cela fait maintenant deux jours qu'il est de retour à Ndjamena et depuis mercredi matin, il reçoit les partis politiques tchadiens.

Suite à la visite à Dakar du ministre tchadien de la Justice, Jean-Bernard Padaré, le blogueur Makaïla Nguebla, de nationalité tchadienne et vivant au Sénégal, a été expulsé vers la Guinée, dans la nuit du 7 au 8 mai. Les organisations de défense des droits de l’homme dénoncent une atteinte à la liberté d’expression.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !