1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Pas de «bilan» des 100 jours de Samba-Panza

Cathérine Samba-Panza, la présidente de transition en Centrafrique s'est gardée de présenter le bilan de ses 100 jours à la tête du pays, elle a axé son discours sur les mesures économiques et sociales.

Cathérine Samba-Panza la présidente de la transition centrafricaine a été investie le 23 janvier 2014

Cathérine Samba-Panza la présidente de la transition centrafricaine a été investie le 23 janvier 2014

L'intervention de Cathérine Samba-Panza a eu lieu comme annoncé, mais ce n'était pas d'un bilan dont il s'agissait. Devant les membres du CNT, l'organe parlementaire de transition, Cathérine Samba-Panza investie le 23 janvier dernier, a plutôt fait des annonces concernant les entreprises et l'accès des populations aux soins de santé. Emmanuel Sandy Cyrus est un des membres du CNT. Il a suivi le discours de la présidente de la transition :

«La première annonce importante qu'elle a faite c'est que dans les tout prochains jours, il y aura gratuité des consultations dans les établissements de santé publique. La deuxième annonce importante c'est l'exonération fiscale et douanière en faveur des entreprises et sociétés privées qui ont connu beaucoup de difficultés parce qu'elles ont été vandalisées, pillées etc. Moi personnellement, je pense que c'était quand-même prématuré de parler de bilan des cent premiers jours. Malheureusement, je pense qu'elle n'a pas répondu aux attentes du CNT ni du peuple centrafricain parce que dans le bilan qu'elle a présenté, elle ne s'est pas appesantie sur la feuille de route de la transition.»

Cathérine Samba-Panza avait mis le rétablissement de la sécurité au coeur de son action

Cathérine Samba-Panza avait mis le rétablissement de la sécurité au coeur de son action

Le CNT a toujours été exigent vis-à-vis des gouvernements successifs en ce qui concerne la situation sécuritaire dans le pays. En février, l'insécurité a coûté la vie à un membre du CNT, tué par balles à Bangui alors qu'il faisait le deuil de deux de ses enfants assassinés. Cela avait plongé le parlement de transition dans l'émoi.

Le rétablissement de la sécurité était pourtant au centre des préoccupations de la présidente, lors de son investiture le 23 janvier. Un point sur lequel Cathérine Samba-Panza et son gouvernement n'auront pas beaucoup convaincu.

Malgré la présence de contingents africains et européens, l'insécurité persiste en RCA

Malgré la présence de contingents africains et européens, l'insécurité persiste en RCA

Insécurité persistante

Preuve de la persistance de l'insécurité, des soldats français de l'opération Sangaris ont indiqué avoir été confrontés, lundi, à une colonne d'hommes lourdement armés dans le Nord du pays dans les environs d'une localité appelée Boguila où ils étaient en patrouille. Ces hommes non encore indentifiés ont ouvert le feu. La riposte des soldats français ne s'est pas fait attendre. A l'aide de mortiers, de missiles anti-chars et d'avions de chasse, ces soldats ont tué plusieurs des combattants. Cela dit, au sein de l'opinion centrafricaine, les avis divergent sur le bilan des 100 jours de Madame Samba-Panza. D'après une citoyenne de Bangui dont la Deutsche Welle a eu le témoignage au téléphone ce lundi, la situation a un peu changé sous Cathérine Samba-Panza. Mais l'on comprend que le ton est plutôt amer du côté de nombreux musulmans du pays. La plupart ont fui les violences dont ils sont la cible depuis des mois.

Ci-dessous, la réaction de Martin Ziguélé, ancien Premier Ministre et ex opposant au régime renversé de François Bozizé. Il répond à la question de savoir ce qu'il faut faire pour une réussite de la transition en RCA

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet