1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Mozambique vers le dialogue?

Aussi bien le président mozambicain Armando Guebuza que la Renamo, se disent décidés à éviter un retour à la guerre. Ils opteraient pour le dialogue.

Les forces de sécurité mozambicaines ont attaqué le quartier général de la Renamo en début de semaine

Les forces de sécurité mozambicaines ont attaqué le quartier général de la Renamo en début de semaine

Depuis les affrontements de ces derniers jours et la "dénonciation" de l'accord de paix de 1992 par l'ex-groupe rebelle, de plus en plus de voix s'élèvent pour appeler à un retour au calme dans un pays en plein essor économique.

Le Mozambique, un pays riche

Le Mozambique, dispose d'énormes ressources d'hydrocarbures récemment découvertes. Des ressources qui sont en train d'être exploitées et selon plusieurs analystes les tensions actuelles dans le pays viennent de là. Le Frelimo, est accusé par l'ex-rébellion Renamo d'avoir la main mise non seulement sur le pouvoir mais aussi sur les richesses du pays. Avec ses 7 % de croissance annuelle, des affrontements pourraient ramener le Mozambique en arrière et c'est surtout l'économie qui risque d'en pâtir entre autre le secteur du charbon. Les lignes ferrovières qui l'achemine passent par le bastion de la Renamo dans la province de Sofala. Rainer Tump conseiller indépendant allemand pour le développement formule deux hypothèses à ce sujet.

La Renamo tout comme le Frelimo opte pour le dialogue

La Renamo tout comme le Frelimo opte pour le dialogue

"Soit la Renamo affaiblie par l'attaque de son siège n'est plus en mesure de mettre en place une armée. Le scénario B serait qu'elle augmente ses troupes en particulier dans la province de Sofala , c'est à dire où ses lignes de communication sont dans les prochaines semaines.Toutefois les grandes sociétés minières auront des problèmes. Elles dépendent en partie des emprunts massifs. Les banques ont accordé des prêts pour ces investissements. Seulement à partir du moment où la situation au Mozambique devient incertaine, ces prêts ne sont plus entièrement couvert"

Le dialogue privilégié

Dans ce contexte un conflit n'est pas souhaitable. Alors que le Mozambique se dirige vers des élections locales prévues le 20 novembre, Dinis Segunlane, membre d'une organisation non gouvernementale d'observation des élections à Maputo, déplore les tensions à répétition au Mozambique.

" C'est vraiment un sentiment de honte qu'entre nous Mozambicains nous ne parvenions pas à résoudre nos problèmes par le dialogue. "

Le dialogue, c'est l'option que la Renamo et le Frelimo semblent à présent privilégier, vont-ils aller jusqu'au bout, pour le moment rien n'est moins sûr.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !