1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Mozambique: Les ex-rebelles reprennent les armes

Des ex-rebelles ont attaqué un poste de police dans le centre du Mozambique. Lundi, la Renamo dénonçait déjà un accord de paix signé en 1992 après une intervention des forces gouvernementales dans leur quartier général.

Les attaques et représaillles entre forces gouvernementales et combattants de la Renamo font craindre un retour de la guerre civile

Les attaques et représailles entre forces gouvernementales et combattants de la Renamo font craindre un retour de la guerre civile

L'attaque de ce mardi a visé un poste de police de la ville de Maringue. Il est attribué à des ex-rebelles de la Renamo dont la base a été récemment bombardée par les forces gouvernementales à quelques kilomètres de Maringue.

Attaques et ripostes

Ce bombardement du quartier général des ex-rebelles mozambicains a sans doute été l'une des plus importantes opérations contre le mouvement. Leur chef n'a toute fois pas été tué durant l'attaque. Il en était la principale cible si l'on en croit le porte-parole de la Renamo, Fernando Mazanga.

« Le président de la Renamo, Afonso Dhlakama, se bat pour survivre parce qu'il a été attaqué par l'armée. Cela signifie que l'armée recommence la guerre contre le chef de la Renamo. Nous avons peur pour l'avenir, parce que tout peut arriver »

Selon les autorités mozambicaines il s'agissait d'une riposte à une attaque contre une unité militaire gouvernementale lancée par les ex-rebelles jeudi dernier.

Les ex-rebelles de la Renamo remettent en cause l'accord de paix de 1992

Les ex-rebelles de la Renamo remettent en cause l'accord de paix de 1992

La Renamo menace

La tension monte donc de nouveau entre les autorités mozambicaines et la Renamo. Les ex-rebelles dénoncent par ailleurs l'accord de 1992. Cet accord avait mis fin à 16 ans de guerre civile. La Renamo est devenu le principal parti d'opposition après sa signature avec le Frelimo, le parti qui dirige le Mozambique depuis son indépendance. Seulement, depuis que le chef de la Renamo s'est établit dans les monts Gorongosa et à recommencé à entraîner des guérilleros, les relations se sont de nouveau dégradées entre les deux partis avec des attaques à répétition.

Il faut aussi dire que la Renamo qui accuse le pouvoir d'accaparer les richesses du pays, souhaite être plus représentée au sein de l'armée et de la commission électorale chargée de superviser les élections locales prévues le 20 novembre. L'ex-guérilla a d'ores et déjà menacé de perturber le scrutin si sa revendication n'est pas prise en compte. Elle demande une modification de la loi pour plus de représentativité.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !