1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Afrique surveille Zika

Alors qu'Ebola est encore dans toutes les têtes, c'est maintenant le virus Zika qui fait peur. Le Cap-Vert a déjà enregistré plus de 7.000 cas. D'autres pays du continent prennent également la menace au sérieux.

Écouter l'audio 02:12

L'Aedes aegypti et l'aedes albopictus sont les deux types de moustique incriminés

Situé entre l'Amérique latine, l'Afrique de l'Ouest et l'Europe, le Cap-Vert est particulièrement exposé. La presque-île au large du Sénégal a annoncé 7.164 cas pour les six derniers mois, dont une quarantaine sont des femmes enceintes. Celles-ci font l'objet d'une surveillance particulière car le virus Zika est soupçonné de causer de graves malformations crâniennes chez les bébés. Les autorités cap-verdiennes se veulent cependant optimistes et assurent qu'elles sont en passe de contrôler l'épidémie.

Les femmes enceintes sont particulIèrement vulnérables. Si elles sont contaminées par le virus, elles risquent de donner naissance à des enfants souffrant de microcéphalie

Les femmes enceintes sont particulIèrement vulnérables. Si elles sont contaminées par le virus, elles risquent de donner naissance à des enfants souffrant de microcéphalie

Piqûre de moustique

Le virus Zika a été repéré pour la premiére fois en Ouganda en 1947, chez un singe. Il appartient à la même famille que les virus de la dengue et de la fièvre jaune et se tansmet par piqûres de moustique. Et même si le type de moustique n'est pas présent dans tous les pays africains, le risque est réel, explique Abiodun Ifeoluwa, épidémiologiste au Nigeria : "Les autorités nigériannes ont mis les gens en garde contre la menace que représente potentiellement le virus Zika. Il se peut qu'il ne soit pas aussi virulent que le virus Ebola ou le virus de Lassa mais le gouvernement est prudent et a mis en place des mesures de sécurité supplémentaires."

Mozambique et Rwanda prennent des mesures

Au Mozambique également, le gouvernement est en état d'alerte. Des contrôles spécifiques ont notamment été annoncés pour les voyageurs en provenance de pays où le virus Zika a été répertorié, notamment le Brésil et le Cap-Vert avec lesquels le Mozambique entretient des relations étroites. Le Brésil est pour l'heure le principal pays touché.

Il n'existe jusqu'ici aucun vaccin probant contre le virus Zika dont les moustiques sont le vecteur.

Il n'existe jusqu'ici aucun vaccin probant contre le virus Zika dont les moustiques sont le vecteur.

Au Rwanda, les autorités sanitaires tablent sur la prévention pour informer la population. Nathan Mugume est porte-parole du ministère de la Santé : "Tout part de l'éducation. Nous allons d'abord lancer une campagne de sensibilisation pour donner aux gens tous les détails concernant les causes de la maladie, comment se protéger, que faire en cas d'apparition de symptômes. Il s'agit avant tout de savoir ce qu'il faut faire en matière de prévention."

Lundi dernier, l'Organisation mondiale de la Santé a qualifié d'urgence de santé publique de portée mondiale l'épidémie Zika. L'OMS rappelle que la meilleure façon de se protéger est d'éviter les piqûres de moustique et de veiller à ce qu'ils ne puissent pas se reproduire. Aux Etats-Unis, un nouveau cas découvert cette semaine fait craindre qu'une personne ait été contaminée par voie sexuelle.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !