1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La société civile tchadienne, déterminée

Au Tchad, l'emprisonnement de quatre militants de la société civile catalyse les tensions, après la première semaine de campagne électorale. Chaque jour, la société civile prouve un peu plus sa détermination.

À deux semaines du scrutin présidentiel, la société civile et les autorites sont entrées dans un face-à-face tendu cette semaine, alors que quatre leaders restent emprisonnés. Le vice-président de l'Union des syndicats du Tchad (UST) Younouss Mahadjir, la porte-parole de la coalition "Trop c'est trop" Céline Narmadji , le porte-parole du mouvement Iyina - "On est fatigués", en arabe local, Nadjo Kaina Palmer et le porte-parole de la coalition "Ça suffit", Mahamat Nour Ahmed Ibedou, vont comparaître le 31 mars. Ils sont accusés de trouble à l'ordre public et de résistance à une décision de l'autorité. Pour obtenir leur libération, la société civile multiplie les actions.

Échec des négociations

Tschad inhaftierte Bürgerrechtsaktivisten und Regierungskritiker

Les leaders emprisonnés

Vendredi 25 mars, l'UST a lancé une grêve générale, relayée par les autres organisations et très suivie dès le premier jour, à N'Djaména, pour obtenir leur libération "sans conditions". Hier, samedi 26 mars, une vingtaine de figures de l'opposition se sont rendues à la maison d'arrêt de N'Djamena, pour se constituer prisonniers, en solidarité avec leurs leaders qui y sont écroués. Devant la prison, la tension a été vive, mais après plusieurs heures de tractations, les militants ont accepté de quitter les lieux contre la promesse de rencontrer le procureur de la République et le médiateur national pour évoquer le cas des détenus. L'Union des Syndicats du Tchad et quatre autres organisation syndicales ont également fait savoir que l'appel à la grève générale serait maintenu, jusqu'à la libération sans condition des quatre militants emprisonnés. L'ultimatum est posé pour le lundi 28 mars pour d'éventuelles négociations.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !