1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Russie se tourne vers la Chine

La presse allemande s'intéresse ce jeudi à la politique africaine de l'Allemagne, à l'élection présidentielle de ce dimanche en Ukraine et à l'accord gazier entre la Russie et la Chine.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont assisté à Shanghai à la signature de l'accord

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont assisté à Shanghai à la signature de l'accord

L'accord signé entre la Russie et la Chine est une bonne nouvelle pour Vladimir Poutine, estime la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Moscou va livrer du gaz pendant 30 ans à Pékin pour 400 milliards de dollars. La Russie se libère de sa dépendance vis-à-vis du marché européen. Et se protège aussi des sanctions économiques suite à la crise ukrainienne. La Russie a trouvé en la Chine un partenaire bien utile, écrit le journal.

Gazprom -ici son siège moscovite- se chargera des livraisons de gaz

Gazprom -ici son siège moscovite- se chargera des livraisons de gaz

A l'inverse, pour la Süddeutsche Zeitung, l'accord gazier n'est pas synonyme de triomphe pour Poutine. Car la Chine payera moins cher le gaz que l'Union européenne. Cet accord montre que la Russie n'arrive plus à vendre ses matières premières au prix qu'elle souhaite. Et aussi que Poutine a rendu son pays complètement dépendant de son gaz. Selon le journal, après plus d'une décennie de boom économique, la Russie n'a pas grand chose à offrir d'autre que ses matières premières sur le marché mondial. Jusqu'ici, c'était l'Ukraine qui était obligée de conclure des accords gaziers qui allaient lui porter préjudice. Désormais, Vladimir Poutine a fait pareil pour son propre pays, la Russie.

La paix à apporter en Ukraine

Un point de passage gardé par un pro-russe armé à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine

Un point de passage gardé par un pro-russe armé à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine

En Ukraine, la tâche du président qui sera élu dimanche sera excessivement lourde, prédit Die Welt. Le chef de l'état sera à la tête d'un pays divisé, il devra apporter de la paix là où règnent des traumatismes, de la haine et des préjugés. Que l'Ukraine devienne une démocratie moderne est une illusion. Il faut déjà que le pays survive à la crise de son unité.

La tageszeitung s'interroge elle sur la politique africaine de l'Allemagne. Le gouvernement assure qu'il veut s'engager dans la prévention des conflits. Mais selon le journal, Berlin «ne va pas lever un petit doigt contre Boko Haram» qui fait pourtant régner la terreur au Nigeria. Dans ce pays, l'Allemagne détient des entreprises de construction, vend des voitures et des machines. Et accueille même des politiciens qui veulent s'y faire soigner. Le gouvernement n'a donné aucune réponse claire sur ce qu'il comptait faire dans le pays.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !