1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Revue de presse

La presse allemande sidérée après la tuerie de masse à Las Vegas

Les journaux allemands reviennent sur l'incompréhension après la tuerie de Las Vegas et ne cachent pas leur colère face à la circulation des armes. Ils disent aussi leur inquiétude quant à la situation en Catalogne.

L'incompréhension. C'est, encore une fois, ce qui transparait de la lecture des journaux allemands ce mercredi. La presse ne comprend pas comment un homme seul, SANS RAISON, a pu tuer 59 personnes depuis sa chambre au 32ème étage d'un hôtel. Pour mieux dépeindre cette horreur, la TagesZeitung imprime 59 balles en gros plan sur sa Une. "C'est un tueur du pays", raconte le journal en utilisant des guillemets. Et d'expliquer : "Ca veut dire en clair que ce n'est pas quelqu'un de l'étranger qui en veut aux Etats-Unis, pas un teroriste islamiste, pas un immigré". "C'est juste la folie automatisée", titre la TAZ. "C'est un gars qui était à la retraite, il allait au casino, il riait. Un type hypernormal", raconte des proches dans les journaux.

Mais vu d'Allemagne ce qui choque peut-être davantage encore que le profil du tueur, ce sont les armes en libre circulation aux Etats-Unis. "Là-bas, chaque année, il y a plus de morts par armes à feu que de morts du sida, de la drogue, de la guerre et du terrorisme réunis !", raconte la Süddeutsche Zeitung. "Et qu'ont fait les politiques depuis la tuerie de l'an dernier dans un club gay ?", interroge le journal. "Rien". 

Alors "un débat sur les armes ? Pas maintenant. Et jamais d'ailleurs", écrit la Süddeutsche Zeitung. "Trump voit des terroristes dans le monde entier qu'il s'empresse de condamner sur Twitter, mais il n'est pas prêt de faire quelque-chose dans son pays contre les armes", s'insurge le journal. "Le plus gros lobby d'armes lui a donné des millions pour faire campagne lors de la présidentielle, Trump est le président du Lobby des armes", écrit un journaliste en Une de l'édition de mercredi. 

 

L'indépendance en Catalogne : pourquoi ?

Plus près de l'Allemagne mais aussi de l'Afrique, l'Espagne retient encore l'attention. Quatre jours après le référendum d'indépendance en Catalogne, remporté par le oui dimanche mais jugé inconstitutionnel par le pouvoir central, les journalistes allemands tentent toujours de comprendre : pourquoi ce besoin d'indépendance ? Die Zeit fait appel à un polititologue espagnol germanophone . "C'est l'effet de la crise financière", selon lui. "La Catalogne au Nord estime qu'elle a trop payé pour les régions plus pauvre du Sud". 

Alors maintenant, quelles suites ?, se demandent les journaux. "L'Union europénne ne s'en mêle pas", écrit la Tageszeitung. Un manque de prise de position en Europe dû aux "images de violences qui sont finalement un atout pour le gouvernement régional catalan. "C'est compliqué de soutenir le gouvernement central", estime la Süddeutsche Zeitung.

Partout on s'inquiète, jusque dans le courrier des lecteurs des journaux. "C'est comme ça que commence les guerres civiles", s'alarme un lecteur de la Tageszeitung. "Il serait maintenent temps que l'Union européenne soit claire et disent aux Catalans s'ils pourront rester dans l'Union et avec l'euro en cas de séparation", clame la Süddeutschezeitung. "Mais de toute façon la confrontation entre Madrid et Barcelone ne fait que commencer", conclut, un peu désespérée, la Frankfurter Allgemeinezeitung.

La rédaction vous recommande

Liens

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !