1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Kiev demande une aide militaire "d'envergure"

En Ukraine, le gouvernement a demandé à ses alliés occidentaux une aide militaire « d'envergure ». Kiev a de nouveau dénoncé une invasion russe dans les régions séparatistes de l'est du pays.

La ville portuaire de Novo-Azovsk serait Sous le contrôle de militaires russes

La ville portuaire de Novo-Azovsk serait Sous le contrôle de militaires russes

Jeudi matin, un dirigeant pro-russe de premier plan a reconnu ce que Moscou a toujours nié : des soldats russes soutiennent les rebelles dans le conflit contre Kiev. Aleksandr Zakhartchenko « Premier Ministre » de la république autoproclamée de Donetsk, s'exprimait à la télévision russe : « Parmi ces trois à quatre mille volontaires russes, il y a un grand nombre de militaires à la retraite. Pour eux, combattre à nos côtés, c'est leur devoir. Et je vais être franc avec vous : il y a aussi des soldats russes dans nos rangs. Au lieu de passer leur été à la plage, ils préfèrent combattre pour la liberté, avec leurs frères. » Des propos confirmés par des responsables de l'OTAN, qui parle de plus de 1000 soldats russes présents sur le sol ukrainien. Le représentant russe à l'OSCE a démenti ces allégations.

NATO Satelliten-Photos Russische Truppen INNERHALB Ukraine 21.08.2014 AUSSCHNITT

Photos satellites de l'Otan montrant la présence de troupes russes sur le territoire ukrainien

Persévérer sur la voie diplomatique

Pour sa part, le gouvernement ukrainien a accusé des militaires russes d'avoir pris le contrôle de la ville portuaire de Novo-Azovsk. Kiev réclame le soutien militaire des Occidentaux. Mais pour l'Union européenne, si la dénonciation de l'ingérence de Moscou est unanime, une intervention militaire occidentale n'est pas à l'ordre du jour. Comme le confirme le député allemand Andreas Schockenhoff :

« Nous devons persévérer sur la voie diplomatique. Même en cas d'agression militaire russe avérée, nous ne devons pas rompre le fil du dialogue. L'Union européenne a exclu toute réponse militaire à l'ingérence russe. Mais nous devons trouver une réaction adaptée, si cela s'avère nécessaire. Si la Russie continue de s'impliquer militairement, alors nous devrons envisager des sanctions supplémentaires. »

De nouvelles sanctions contre Moscou : ce sera l'ordre du jour lors d'un sommet extraordinaire des 28 chefs d'État et de gouvernement de l'UE, samedi à Bruxelles.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !