1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Kidal n'est toujours pas malienne

La ville de Kidal, à 1500 km de Bamako est sous contrôle du MNLA, le Mouvement national de libération de l'Azawad, qui ne veut pas de l'armée malienne sur cette terre. A Bamako, on dénonce cette situation.

Que se passe-t-il concrètement à Kidal , pourquoi à la différence de Gao et de Tombouctou, récemment libérées par l'armée française et où paradent désormais les soldats venus de Bamako, Kidal échappe-t-elle jusque là au contrôle de l'armée malienne ? Ce sont là quelques questions que les Maliens dans leur ensemble se posent. Des Maliens qui ont le sentiment d'avoir été quelque peu trahis par la France dans cette guerre pour la libération totale de leur pays. A Kidal en effet, ce sont les hommes du MNLA qui règnent en maîtres absolus. Pour Ahmed Akoly, ancien combattant de la cause touarègue, Kidal est la région naturelle du MNLA et dernier refuge donc pour ce mouvement :

« Le MNLA est issu de Kidal. C'est sa région naturelle. C'est une région que le mouvement connaît très bien. Il ne suffit pas de survoler une région, par des avions ou avec des soldats ouest africains, pour la maîtriser. Le MNLA est là aussi pour protéger les populations civiles qui s'y trouvent. »

Mali Frankreich Timbuktu Zivilbevölkerung kommt zurück

Comment revenir à la normale au Nord?

Etre en position de force

En outre, en occupant Kidal, le MNLA a sans doute en tête d' influer sur les discussions qui pourraient s'ouvrir bientôt dans le cadre du règlement de cette crise malienne. C'est ce que pense Ahmed Akoly :

« Le MNLA et le Mali, sont deux parties en conflit. Chacun des deux a ses extrêmes et il faut maintenant plutôt se pencher sur ce qui peut les unir que les diviser. La France n'a pas plus de légitimité d'être à Kidal que le Mali, le Tchad ou tout autre pays ou groupe. Kidal est la seule portion qui permet aujourd'hui au MNLA d'affirmer son existence. »

Les combattants du MNLA ont pris le contrôle de Kidal après la déroute des islamistes d'Ansar Dine face à l'avancée de l'armée française. Le MNLA dit ne pas vouloir des soldats maliens dans cette région par crainte d'exactions contre les membres des communautés touareg et arabe accusées de soutenir les groupes armés entrés en guerre contre l'Etat malien.

Enfin, les rebelles du MNLA ont annoncé ce lundi avoir capturé deux chefs islamistes qui fuyaient les bombardements de l'aviation française près de la frontière algérienne. Il s’agit de Mohamed Moussa Ag Mohamed, membre du groupe Ansar Dine et responsable de l'application de la charia, la loi islamique, à Tombouctou et Oumeini Ould Baba Akhmed, qui serait responsable de l'enlèvement d'un otage français par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !