1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Human Rights Watch préoccupé par les assassinats au Burundi

Au Burundi, depuis la réélection de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, l’insécurité perdure à Bujumbura. Quasi quotidiennement, des corps portant des stigmates de torture sont découverts dans certains quartiers.

Écouter l'audio 02:40

''Les assassinats, tortures, et les enlèvements sont le fait de la police, des Imbonerakure, et des agents de renseignement'' (Charles Ndjitije, opposant)

Le bilan le plus lourd a été atteint la semaine dernière avec une quinzaine de corps retrouvés. Selon Carina Tertsakian, qui s'occupe du Burundi pour l'ONG Human Rights Watch, les corps des victimes sont souvent retrouvés dans une même posture : bras resserrés dans le dos, liés au-dessus des coudes.

C'est pourquoi, dans son dernier rapport, Human Rights Watch a rappelé aux autorités leur devoir de mener des investigations et de punir les responsables de ces actes. Et c'est dans ce climat d'insécurité que l'Union européenne s'apprête à prendre des sanctions contre quatre proches du président burundais. Pierre Nkurunziza ne figue pas parmi les quatre personnes visées. "Les Européens veulent donner une chance au dialogue" avec lui, explique un diplomate basé à Bruxelles.

Cliquez sur l'audio pour écouter les explications d'Eric Topona.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !