1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Crise des migrants, l’ONU prend des engagements

A New York aux Etats Unis, les 193 pays de l’ONU ont pris une série d'engagements pour répondre à la crise migratoire mais certaines ONG dénoncent d'avance une occasion manquée.

Écouter l'audio 01:48

"Ce sommet des réfugiés est une énorme occasion manquée." C’est ainsi que Richard Bennet d’Amnesty International considère la réunion des Etats membres concernant ce dossier des migrants. Une simple déclaration politique bien en deçà de ce qu'il faudrait pour traiter le problème du point de vue d’Oxfam. Médecins du monde déplore pour sa part "l'absence d'un véritable plan de relocalisation" et le fait que dans le projet de déclaration finale la protection des mineurs non accompagnés ne soit pas clairement mise en exergue. Bref, ce ne sont pas les critiques qui manquent. Richard Bennet estime"qu'l n'y a pas d'engagements concrets, pas d'engagement contraignant pour lutter contre la crise mondiale des réfugiés. Il n'y a même pas le mot engagement... que des intentions et des attentes."

Pas d'objectifs chiffrés

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait pourtant suggéré que les pays accueillent chaque année 10% du total des réfugiés, aux termes d'un "pacte mondial". Un objectif qui a disparu au fil des négociations, le pacte a été renvoyé à 2018 au plus tôt. On compte actuellement environ 65 millions de personnes déplacées dans le monde, dont 21 millions de réfugiés, fuyant les persécutions, la pauvreté ou les conflits. Le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi rappelle qu’en Europe tous les pays ont fermé leurs frontières - contrairement à l'Allemagne"nous voyons un manque de solidarité internationale. Les frontières sont fermées. La xénophobie est en hausse. Les gens prennent des embarcations dangereuses en quête de sécurité." Selon l'Ong Oxfam, six des pays les plus riches de la planète accueillent seulement 7% du total des réfugiés et plus de la moitié de ces réfugiés vivent dans huit pays à faibles ou moyens revenus.

La Commission d'enquête de l’ONU sur la Syrie, mise en place il y a cinq ans, a lancé un appel aux pays européens devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour lui garantir un accès aux réfugiés syriens.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !