Y a-t-il encore une chance de dialogue au Burundi? | Arbre à palabre | DW | 23.04.2016
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Y a-t-il encore une chance de dialogue au Burundi?

Devant la persistance de la crise burundaise déclenchée il y a un an, l'Union africaine et la communauté internationale exigent un dialogue inclusif. Mais des blocages subsistent. Quels sont ces blocages? Est-on en présence d'un conflit ethnique? Et y a-t-il encore une chance de sortir le Burundi de cette crise?

Écouter l'audio 25:27

Cette édition du débat "Arbre à Palabre" est la version courte d'un podium de discussions qui s'est déroulé récemment à Berlin sur le Burundi. Discussion organisée par la Fondation Heinrich Böll en partenariat avec le réseau oecuménique pour l'Afrique centrale (ÖNZ) et la Deutsche Welle. Un an après le début de la contestation contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, les Burundais sont plongés dans une crise qui éveille des relans ethniques.

Avec au moins 400 morts et plus de 250 mille réfugiés, la crise burundaise préoccupe la communauté africaine et celle internationale qui exigent un dialogue inclusif. Mais des blocages subsistent.

Il y a eu officiellement au moins 400 morts depuis le début de la crise burundaise, le double selon certaines ONGs

Il y a eu officiellement au moins 400 morts depuis le début de la crise burundaise, le double selon certaines ONGs

Quels sont ces blocages? Est-on en présence d'un conflit ethnique? Et y a-t-il encore une chance de sortir le Burundi de cette crise? Ce sont autant de questions soulevées durant cette discussion à la quelle participaient :

- Cordula Schulz Asche, Députée allemande, membre du parti des Verts et co-auteure d'une initiative parlementaire visant à demander plus d'engagement de l'Allemagne en faveur de la paix au Burundi
- Claudia Simons, chercheuse spécialiste de la région des Grands Lacs à l'Institut de sciences politiques de Berlin (SWP)
- Kassimi Bamba, conseiller politique de l'émissaire spécial de l'Union africaine au Burundi
- et Bob Rugurika, directeur de la Radio Publique Africaine, une station de radio privée burundaise détruite dans la foulée du coup d'Etat manqué du 13 mai 2015.

Le débat a été animé par Dirke Köpp, directrice du programme francophone de la Deutsche Welle.