Violences derrière les barreaux | Allemagne | DW | 20.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Violences derrière les barreaux

En Allemagne, les résultats d'une étude sur la vie en prison viennent de paraître. Et le constat est interpellant : un détenu sur quatre a été victime de violence les 4 semaines précédant l'enquête.

Violences dans les prisons allemandes

Violences dans les prisons allemandes

L'étude a éte menée dans 33 prisons allemandes, où des urnes ont récolté les formulaires de quelques 6400 détenus, dont l'anonymat était garanti, pour éviter toutes représailles. Un détenu sur quatre a été victime de violence les 4 semaines précédant l'enquête. Et 7% des personnes interrogées avouent même avoir subi des violences sexuelles.

Violence brutale et permanente

Dans la cour, les douches, les ateliers : aucun endroit ne semble sûr lorsque les agents de surveillance sont absents. Et elle n'épargne pas non plus les plus jeunes, que du contraire. Professeur Christian Pfeiffer, directeur de l'Institut de recherches en criminologie de Niedersachsen, et auteur de l'étude :

ARCHIV - Der Direktor des Kriminologischen Forschungsinstituts Niedersachsen, Christian Pfeiffer se penche depuis des années sur la violence et la criminalité juvéniles

Christian Pfeiffer se penche depuis des années sur la violence et la criminalité juvéniles

« Que ce soit justement au sein des jeunes détenus qu'il y a beaucoup de violence brutale, montre clairement que notre concept pédagogique est mauvais. Penser que, si on aménage une cohabitation avec six pièces individuelles, puis un salon, une cuisine et une salle de bains... automatiquement, les détenus se comporteront bien. Non, ça ne fonctionne qu'en présence des agents pénitentiaires. Dès qu´ils sont partis et que les cellules sont à nouveau ouvertes, la violence reprend. »

Besoin de plus de surveillance

Selon l'institut, plus de caméra de surveillance et d'agents pénitentiaires sont notamment nécessaires pour identifier les auteurs d'actes violents. Mais il faut également arrêter de durcir le droit pénal, principalement envers les jeunes.

Dans la prison de Siegburg, un homme de 20 ans a été tué par trois autres détenus

Dans la prison de Siegburg, un homme de 20 ans a été tué par trois autres détenus

« Les taux de récidive sont extrêment élevés en détention préventive, alors qu'ils sont plus faibles, en liberté conditionnelle. Pour moi, ça n'a donc pas de sens. En prison, on est brutalise, on apprend que seul le droit du plus fort garantit la survie. Voilà tout. »

Cela dit, les ministères de la justice de certains Etats régionaux ont critiqué cette étude. Avançant pour leur part des chiffres bien moins alarmants. On l'aura compris, le sujet est sensible. Une chose est sûre : ce qu'il se passe à l'ombre des prisons est une réalité trop souvent ignorée.