Violences contre les Rohingyas en Birmanie | International | DW | 07.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Violences contre les Rohingyas en Birmanie

Dans l'Etat Arakan, de violents affrontements entre bouddhistes et musulmans Rohingyas ont fait trois nouveaux morts et cinq blessés. Selon l’organisation Human Rights Watch, la minorité des Rohingyas est persécutée.

Rohingya protesters gather in front of a United Nations regional office in Bangkok, Thailand Monday, June 11, 2012, to call for an end to the ongoing unrest and violence in Myanmar’s Rakhine State. Myanmar's president declared a state of emergency in the state Sunday night after sectarian tensions between Buddhists and Muslims have unleashed deadly violence last week. (Foto:Sakchai Lalit/AP/dapd)

Unruhen in Myanmar (Rohingya)

En juin dernier, des violences similaires entre bouddhistes et musulmans avaient déjà coûté la vie à environ 80 personnes dans l'Ouest du pays. A l'origine : une cohabitation problématique entre une population majoritairement bouddhiste et la minorité musulmane des Rohingyas. Cette minorité ne bénéficie pas de la nationalité birmane et est durement persécutée par les autorités du pays. C'est en tout cas ce qu'affirme l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, dans un rapport publié il y a quelques jours.

La minorité musulmane est malemenée dans un pays à majorité bouddhiste

La minorité musulmane est malemenée dans un pays à majorité bouddhiste

Qui sont les Rohingyas ?

On les appelle avec mépris les “Kalar”, ou étrangers à la peau sombre. Les Rohingyas sont physiquement semblables aux habitants du Bangladesh voisin et ils seraient en fait des descendants des Arabes, des Mongols, ou encore des Turcs. Le gouvernement birman, lui, les considère comme des migrants illégaux et ne reconnaît pas leur groupe ethnique. Ainsi, ils sont apatrides dans leur propre pays et rejetés de tous. Selon les Nations unies, les Rohingyas sont l'une des minorités les plus persécutées au monde.

A l'origine de cette haine : une rancoeur historique

Au 19ème siècle, leurs ancêtres ont soutenu les Britanniques dans leur conquête de la Birmanie. Depuis, les Rohingyas sont donc considérés comme des traitres et sans arrêt violentés, torturés par leurs concitoyens. Quelque huit cent mille d'entre eux vivent confinés dans l'Etat d'Arakan. C'est là qu'ont eu lieu de récents affrontements avec la communauté bouddhiste. Un déferlement de violence contre la communauté musulmane, auquel a aussi participé l'armée birmane, selon un rapport d'Human Rights Watch. Pour l'organisation, l'Etat couvre la persécution et la discrimination des Rohingyas.

De nombreux Rohingyas prennent la fuite pour se réfugier dans les pays voisins

De nombreux Rohingyas prennent la fuite pour se réfugier dans les pays voisins

Le gouvernement birman rejette ces accusations

Des accusations qui embarassent les autorités birmanes, qui depuis mars 2011 et la dissolution de la junte, ont multiplié les réformes spectaculaires. Les évènements de ces derniers jours ont apporté la preuve que la Birmanie, qui s'efforce de redorer sa réputation auprès de la communauté internationale, demeure encore un pays répressif. Depuis les violences de juin, des milliers de Rohingyas ont fui au Bangladesh voisin, où les autorités les ont refoulés à plusieurs occasions, en violation du droit international.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !