Victoires et défaites | Vu d′Allemagne | DW | 12.11.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Victoires et défaites

La presse allemande revient aujourd'hui sur la fin de la Première Guerre mondiale, la défaite infligée aux géants allemands de l'énergie et sur la brouille au sein du gouvernement sur la modification de la constitution.

default

Il y a 90 ans, la victoire des uns et la défaite des autres contenaient en germe les futures heures noires de l'Europe.

Commençons par le commencement : la fin de la Première Guerre mondiale. Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, les grands anniversaires des horreurs du XXe siècle sont aujourd'hui des manifestations de pacifisme et de réconciliation. C'est pourquoi la décision d'Angela Merkel de se rendre à l'invitation de la Pologne, qui fêtait en ce 11 novembre l'anniversaire de son indépendance retrouvée, était la bonne. Même si en 90 ans, rien n'a changé dans le fait que le bonheur de la Pologne soit aussi la plus sombre heure de l'histoire allemande, une telle invitation en dit bien plus sur l'état de l'Europe que des millions de conférences.

Kriegsveteran Henry Allingham

L'un des trois derniers « poilus » anglais encore vivants. Ils ne sont plus que 8 dans le monde à rappeler le souvenir de la Grande Guerre.

Comme d'autres homologues, Die Welt illustre aussi sa Une avec une photo des trois derniers survivants anglais de la première grande boucherie humaine de l'histoire européenne moderne. Mais le quotidien revient aussi sur la défaite infligée aux deux géants allemands de l'électricité, RWE et E.on par le tribunal constitutionnel de Karlsruhe. Ceci est un premier pas vers un marché plus concurrentiel de l'énergie.

Deutschland Polen Donald Tusk bei Angela Merkel in Berlin

Ils sont les symboles de l'Europe d'aujourd'hui qui surmonte les barrières d'hier.

Même photo en Une et même intérêt manifesté au jugement du tribunal à la Süddeutsche Zeitung qui revient, comme en contrepoint, sur le projet de la coalition de Berlin d'autoriser l'armée allemande à intervenir sur le territoire national, chose jusqu'ici encore interdite par la constitution. Pour le SPD, au début d'accord, la version originale allait finalement trop loin. La nouvelle mouture, qui permet seulement l'utilisation des forces aériennes et maritimes en cas d'urgence extrême, est bien suffisante.

Karlsruhe Urteil zu AWACS Flügen über Türkei 2003

Les super-juges ont mis le holà aux visées monopolistiques des géants allemands de l'énergie.

Mais pourquoi le SPD ne reconnaît-il pas la contradiction interne que recèle cette modification de la Constitution ? s'insurge la Frankfurter Rundschau. Le projet de Wolfgang Schäuble qui veut permettre de répondre au seul cas d'urgence nationale envisageable, n'a pas de sens. La stricte séparation entre sécurité intérieure et extérieure, entre police et armée, est l'un des éléments essentiels de la loi fondamentale.

Bundesinnenminister Wolfgang Schäuble

Sa conception de la sécurité intérieure le pousse à vouloir bouleverser la Constitution.

Un point crucial qui ne trouvera certainement pas encore de réponse, selon la Tageszeitung. Comme les sociaux-démocrates ne sont prêts qu´à une minuscule modification et que ceci est bien trop peu pour le Ministre de l'Intérieur et son homologue de la Défense, la constitution ne sera pas modifiée. Et c'est bien comme ça, conclut le quotidien de Berlin, qui pour la troisième journée consécutive, est le seul à faire encore sa Une avec les manifestations antinucléaires du week-end dernier.

  • Date 12.11.2008
  • Auteur Lascombes, Christophe
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/FsQi
  • Date 12.11.2008
  • Auteur Lascombes, Christophe
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/FsQi
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !