Victoire contestée pour Muhammadu Buhari au Nigeria | Afrique | DW | 27.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Victoire contestée pour Muhammadu Buhari au Nigeria

Alors que les observateurs saluent une élection satisfaisante, le parti de l'opposant Atiku Abubakar dénonce une "parodie d'élection". Un recours en justice est annoncé mais il a peu de chances de succès.

Écouter l'audio 02:15

Muhammadu Buhari : "Il est évident que le scrutin était libre et équitable"

Au Nigeria, la joie est dans le camp de Muhammadu Buhari. Le président âgé de 76 ans reste en fonction pour quatre nouvelles années. La commission électorale l'a proclamé mardi soir (26.02) vainqueur de la présidentielle qui s'est tenue le 23 février. Mais son principal adversaire, Atiku Abubakar, n'accepte pas ce résultat qui lui attribue 41% des suffrages contre 56% pour Buhari.

D'après le porte-parole du PDP, Boladele Adekoya, le parti d'opposition prépare sa plainte et réunit les preuves nécessaires pour monter le dossier qui sera déposé devant la Cour Suprême. Une cour dont le président Walter Onnoghen a été suspendu quelques semaines avant le vote et remplacé par un autre, soupçonné d'être proche du président Muhammadu Buhari.

 

Scrutin validé par les observateurs

Muhammadu Buhari n'a pas attendu longtemps pour riposter aux accusations de son rival. Alors qu'Atiku Abubakar a dénoncé une "parodie d'élection", Buhari parle pour sa part d'une élection sans tache.

"Selon les remarques de nombreux observateurs tant nationaux qu'internationaux, il est évident que le scrutin était libre et équitable", répond le président Muhammadu Buhari applaudi par ses supporteurs. Des scènes de joie ont éclaté après l'annonce des résultats par la commission électorale.

Une victoire, alors que le bilan du président sortant en matière sécuritaire n'est pas tout à fait satisfaisant. Le jour même du vote, le groupe armé Boko Haram s'est encore signalé par une attaque dans l'Etat de Borno.

 

Un écart de quatre millions de voix

Le candidat du PDP Atiku Abubakar s'est exprimé dans l'après-midi de mercredi (27.02.), mettant en doute les chiffres de la commission électorale.

Il conteste notamment le taux de participation de 82% annoncé à Borno, alors que dit-il, l'insécurité qui régnait dans cet Etat du Nord ne présageait pas d'un tel engouement de la part des populations. Toujours d'après lui, le très faible score de Buhari dans le Sud illustre la situation électorale générale pour l'APC.

Atiku Abubakar a quand-même pu mobiliser 41% des voix d'après la commission électorale nigériane. Un écart d'à peine quatre millions de voix sépare donc les deux candidats, ce qui pousse l'analyste nigérian Ibrahim Jibrin à reconnaître que la réconciliation sera "le challenge de l'administration (de Buhari, ndlr). Il faut qu'il trouve un moyen pour donner confiance aux gens du sud et à la communauté chrétienne qui n'ont pas voté pour lui. Cette division politique, ethnique et religieuse est extrêmement grave et il faut trouver les moyens d'en sortir."

La communauté des observateurs a globalement salué le vote malgré les difficultés recensées. La commission électorale a annulé 844.000 suffrages.

Outre la présidentielle, les Nigériansont également voté pour les élections législatives et sénatoriales.

Liens

Audios et vidéos sur le sujet