Une ″proximité″ qui soulève des questions | Afrique | DW | 21.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Une "proximité" qui soulève des questions

Alors qu’il s’est exilé au Nigeria, on prête à Thomas Boni Yayi une certaine proximité avec le pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari.

Écouter l'audio 02:12

"S’approcher de Buhari, s’est affaiblir Talon"- Tunde Fatunde

C’est après le siège de son domicile de Cotonou par les forces de l'ordre pendant près de deux mois après le scrutin contesté du 28 avril dont l'opposition avait été exclue, que Thomas Boni Yayi s’est exilé. Un exil au Nigeria qui semble-t-il a dévoilé un peu plus ses liens avec les dirigeants de ce pays voisin du Bénin. 

Mais l’expert en gouvernance et membre de la société civile béninoise, Joël Atayi-Guèdègbé préfère rester prudent face à ce soutien de Lagos dont bénéficierait l'ancien président béninois. “Manifestement, il est bien accueilli au Nigeria. Il y comptait d’abord le président Obasanjo comme ami avec qui il est proche ethniquement également. Il a eu le temps de connaître le président Buhari, donc quelques liens se sont forcément tissés entre eux. Maintenant est-ce que c’est fondamentalement un rapprochement ou une alliance politique solide ? Je ne saurais le dire", affirme Monsieur Atayi Guèdègbé.

L'acteur de la société civile béninoise se dit cependant convaincu qu' "il y a en tout cas une série de coïncidences qui peuvent donner à croire qu’il y a un parti pris du Nigeria et que même la fermeture des frontières serait une mesure prise pour favoriser le destin politique de Boni Yayi et de l’opposition avec l’ancien président Soglo".

Benin Thomas Boni Yayi und Patrice Talon in Cotonou (Getty Images/AFP/Y. Folly)

Thomas Boni Yayi lors de son passage à Cotonou le 20 novembre 2019

 

Des raisons économiques et stratégiques

Le Bénin est confronté à une crise politique interne avec des revendications de l'opposition, toujours insatisfaites au sujet de l'assouplissement des conditions à remplir par les partis politiques pour obtenir une reconnaissance légale. La décision prise par le Nigeria de fermer ses frontières vient compliquer davantage cette ambiance de crispation au Bénin. 

Pour Toundé Fatoundé, enseignant en sciences politiques à l’université de Lagos, le jeu des alliances est lié à l'économie, notamment en ce qui concerne les recettes de l’importation du riz qui profiterait plus au trésor béninois.

 

Mais il s'agirait aussi d'une rivalité politique. Selon le politologue, "Buhari s’est rapproché de Boni Yayi qui est en plein désaccord avec Patrice Talon. Et c’est pour affaiblir Patrice Talon que Boni Yayi se rapproche de Buhari. C’est une question de stratégie. S’approcher de Buhari s’est affaiblir Talon qui veut régner tout seul en excluant l’opposition béninoise”.

Avant la visite de Thomas Boni Yayi à Cotonou, le président Patrice Talon a fait quelques gestes d'apaisement comme l'amnistie des auteurs de violences lors des manifestations politiques, ou l'organisation d'un dialogue politique auquel n'étaient pourtant pas conviés certains principaux acteurs de l'opposition. 

Audios et vidéos sur le sujet