Une force ouest-africaine au Mali et à Bissau ? | Afrique | DW | 27.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Une force ouest-africaine au Mali et à Bissau ?

Lors d'un sommet extraordinaire, les dirigeants de la Cédéao ont donné un an au Mali pour mener la transition et trois jours aux putschistes bissau-guinéens pour rétablir l'ordre constitutionnel.

Le quatrième sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest en un mois a finalement fixé à un an la transition au Mali alors que la constitution du pays ne prévoyait que 40 jours de délai pour la tenue de nouvelles élections. À la junte militaire, il a été demandé le respect dans leur engagement à restituer le pouvoir aux civils.

Le commmuniqué final stipule que l'envoi d'une force de stabilisation de 3000 hommes a été décidé, pour aider à « sécuriser les organes de la transition et le gouvernement intérimaire, en attendant que le processus arrive à son terme ». L'objectif ultime pour la Cédéao, est de mettre un terme aux coups de force dans la région, selon Paul Koffi Koffi, ministre ivoirien délégué a la Défense.

72 heures pour rendre le pouvoir

La Guinée Bissau, elle, devrait recevoir également un contingent de 500 à 600 militaires pour sécuriser la période de transition. Un délai de 72h a par ailleurs été donné aux putschistes pour un retour à l'ordre constitutionel. En cas de refus d'obtempérer, la Cédéao imposera des sanctions ciblées sur les membres du commandement militaire et leurs associés, sanctions à effet immédiat.

Auteur : Isaac Dosso
Edition : Sandrine Blanchard

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !