Une aide ciblée pour 4.000 familles congolaises | Afrique | DW | 27.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Une aide ciblée pour 4.000 familles congolaises

Le PAM et le gouvernement du Congo-Brazzaville ont décidé de consacrer plus de 2 millions de dollars pour aider 4.000 familles parmi les plus pauvres du pays. Un programme baptisé "Filet de sécurité alimentaire".

Albert Mbila est né il ya 81 ans. Flottant dans ses habits, il perd du poids à cause de la malnutrition. L’homme est soumis à un seul repas par jour, ce que les Congolais appellent la "dose unique". Il invente des méthodes pour tromper la faim : « C’est dur. Avec le sucre, comment je fais ? Le bout de manioc est là, je mets le sucre sur la langue, je prends le manioc... et le manioc descend. Je recommence... ainsi de suite jusqu'à terminer le bout de manioc. Avec le sel, c’est pareil. Pourvu que le manioc là descende. »

Stella Vouma accueille le "filet de sécurité" comme une bouée de sauvetage : « Ça va m’apporter beaucoup de choses. Je souffrais avec les enfants. Nous sommes quatre, moi et mes trois enfants. Pour avoir à manger, il fallait que j’aille vendre au marché. Les dépenses vont diminuer. Maintenant je peux aller prendre de la marchandise pour 20.000 francs CFA dans une boutique chaque mois. »

Afrika Kongo Markt in Kitchanga

Les familles ciblées recevront l'équivalent de 20.000 francs CFA par mois

Pourquoi 4.000 familles seulement ?

La ministre des Affaires sociales, Emilienne Raoul, précise les critères du choix des 4.000 familles bénéficiaires du projet : « Les femmes allaitantes, les femmes enceintes... une famille dirigée par une femme chef de ménage.... Dans cette famille, s’il y a au moins deux enfants âgés de 6 à 12 qui ne vont pas à l’école, on retient cette famille. Et aussi les familles où il y a un malade souffrant du VIH-sida ou de la tuberculose. »

Et pourquoi seulement 4.000 ? « Il faut commencer petitement », explique la ministre.

Alix Loristone, représentant du PAM (Programme alimentaire mondial) au Congo, souligne l’intérêt du filet de sécurité : « Le fait d’avoir un projet qui supporte les familles au niveau de la sécurité alimentaire, au niveau de la santé et de l’éducation, c’est déjà l’une des trois contributions majeures concernant les droits humains que le gouvernement essaie de promouvoir pour que ces gens deviennent des acteurs principaux de leur pays. »

Le coût du projet est estimé à 1,5 milliard de francs CFA. Il est pour le moment prévu qu'il dure douze mois. Des études ont révélé qu’au Congo, 60% de la population n’a pas accès aux services de santé et la proportion de personnes souffrant de déficiences alimentaires est également de 60%.

Archives