Un premier week-end riche en émotions à Bata | Coupe du monde de football 2018 | DW | 23.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Un premier week-end riche en émotions à Bata

C’est par une grande cérémonie d’ouverture que le coup d’envoi de la CAN 2012 a été donné samedi 21 janvier au stade de Bata, devant 35 000 personnes. Ambiance sur place avec notre envoyé spécial Noël Tadegnon.

default

Javier Balboa a marqué le premier but du tournoi pour la Guinée équatoriale

Après cette cérémonie riche en son et lumière, la Guinée équatoriale, le pays hôte, s'est opposé à la Libye pour le compte du premier match, avec la clé une belle victoire par une score étrique de 1-0 de la Guinée Equatoriale. Un but marqué à la 88e minute par Balboa à la satisfaction des supporters : «Je suis fou de joie le match a été comme je voulais, 1-0, c'est petit» a dit un supporter. « C'est très magnifique, tout le monde est en joie parce qu'on a gagné 1-0 » a lancé une supportrice. « Pour nous, notre mission c'est pour gagner la coupe de l'Afrique. Merci pour les Nzalang, l' équipe nationale de la Guinée Equatoriale, pour avoir gagner contre la Libye» selon un autre fan.

Fußball Afrika Cup 2012

L'équipe libyenne a perdu son premier match face au pays hôte

Espoirs et déceptions

En deuxième match le Sénégal a été surpris par la Zambie sans vedette mais plus appliquée et plus entreprenante...2 buts à 1. Hervé Renard, le coach des Chipolopolo, se veut prudent : « Ce n'est pas difficile pour un Français comme moi de connaitre l'équipe du Sénégal. Il y a 9 joueurs qui évoluent dans le championnat de France et moi je passe ma vie à regarder le championnat de France. Je les connais par coeur Diawara, Eldo... c'est des joueurs qui sont très athlétiques et qui parfois ont des difficultés dans leurs dos donc c'est ce qu'il fallait faire. Maintenant entre le dire et le faire, il y a parfois un décalage. Mais ça a été parfait. Il faut rester les pieds sur terre.Vous savez, c'est ça le plus difficile. Quand vous battez le Sénégal, vous avez l'impression que vous pouvez battre tout le monde donc c'est ça le plus difficile, c'est de re-concentrer tout le monde. »

Et pour l'entraîneur des Lions du Sénégal Amara Traoré, il va falloir travailler plus. « On eu du mal a rentrer dans ce match. On a fait une première mi-temps vraiment calamiteuse. Il y a une cause, la vivacité zambienne nous a beaucoup gêné. Ils ont couru plus que nous. En football quand l'adversaire court plus que toi il te met en difficulté. Maintenant comme c'est le premier match, c'est un match qui va nous réveiller. En coupe d'Afrique il faut faire plus d'efforts, plus d'engagement pour espérer quelque chose. »

La fierté d'un continent

Bon départ pour la Zambie et la Guinée Equatoriale. Les Nzalang soutenus par leur public espèrent aller loin dans dans leur jardin du stade de Bata, un stade flambant neuf qui fait la fierté des Equato-guinéens : « On est fier de voir cette coupe d'Afrique par rapport à notre stade. On est fier, notre stade est le plus beau stade de l'Afrique centrale, donc on est sûr de remporter cette CAN. Même si on ne l'emporte pas, le stade a déjà remporté la CAN parce que en Afrique centrale il n y a pas deux stades comme ça. »

Afrika Cup Fan von Äquatorialguinea

Une supportrice de la Guinée équatoriale satisfaite de cette première victoire

Il a fallu plusieurs mois de travaux qui finir ce stade. Quelques heures avant le début de la cérémonie d'ouverture, des ouvriers étaient encore en train de finaliser les travaux. Parmi eux des Sénégalais, des Ivoiriens : « Suis vraiment fiers de bosser pour la Guinée Equatoriale, pour la réussite de la CAN 2012 » dit l'un. « On bosse pour toute l'Afrique parce que c'est l'Afrique qui va gagner. Guinée, Gabon tout ça c'est la même chose et on est fier de venir ici bosser pour la réussite de ce grand événement » affirme un autre. Et puis, un autre encore ajoute : « c' est une grande joie pour moi surtout que je vais voir mon équipe évoluée ici, je suis très très fier. »

Dans les rues de Bata, la fête du football bat son plein. Les revendeurs de tee-shirts et autres gadgets se frottent les mains : « Il y a beaucoup de personne qui viennent pour acheter, il y a beaucoup de clients qui viennent pour acheter, ils viennent ils sortent l'argent, ils paient ». Au final, tout le monde semble tirer profit de cette fête du football continentale.

Auteur : Noël Tadegnon (envoyé spécial à Bata)
Edition : Cécile Leclerc

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité