Un nouvel accord sur le Brexit et des incertitudes qui persistent | International | DW | 17.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Un nouvel accord sur le Brexit et des incertitudes qui persistent

A quelques heures de l’ouverture du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement européens, Londres et Bruxelles ont annoncé avoir trouvé un nouvel accord sur le Brexit.

Mais celui-ci a pour l’instant peu de chances d’être accepté par le Parlement britannique. Le Conseil européen qui commence ce jeudi pourrait d’ailleurs être le dernier auquel participe officiellement le Royaume-Uni puisque son départ de l’Union européenne est prévu pour le 31 octobre. 

"Un accord est toujours mieux que pas d'accord, mais je ne suis pas heureux en raison de la substance de ce fait politique. Je suis partisan du maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Mais bien sûr, un accord est beaucoup mieux que pas d'accord." Donald Tusk, le président du Conseil européen, réagissait ainsi ce jeudi matin au sujet du nouvel accord sur le Brexit. A deux semaines de la date prévue pour le divorce entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, il faut dire que le temps presse.

Belgien Brüssel EU Gipfel | Boris Johnson (Getty Images/AFP/K. Tribouillard)

Le premier ministre britannique Boris Johnson au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE

 Faire bouger les lignes

Le sort du Brexit est désormais entre les mains du parti unioniste DUP, allié politique du gouvernement britannique en Irlande du Nord. Or, celui-ci a déjà dit qu'il ne voterait pas le nouveau texte, ce qui rend improbable son adoption par le Parlement. 
Jill Rutter, chercheuse au sein du groupe de réflexion "Le Royaume-Uni dans une Europe en mutation", explique que la perspective d’une sortie sans accord pourrait toutefois faire bouger les lignes.
"Je pense que ce que le Parlement ne veut pas, c'est un" no-deal ", c'est la seule chose que nous sachions à propos du Parlement. Beaucoup de gens n'apprécieront pas vraiment cet accord. Certains pourraient même penser que c'est bien pire que celui de Theresa May mais s’ils estiment que c’est la seule alternative, disons, à un gouvernement conservateur disposé à faire sortir le Royaume-Uni sans accord, alors ils pourraient voter pour " explique la chercheuse. Mais même si Boris Johnson obtenait l’appui du DUP, il n’aurait sans doute pas encore le soutien nécessaire pour faire passer son accord devant le Parlement, qui devrait siéger en session extraordinaire samedi pour se prononcer. 

D'autres sujets à aborder

Quant aux 27, s'il leur reste un peu de temps en dehors des discussions sur le Brexit, ils devraient aussi, durant ce sommet, aborder la question de la politique climatique de l'Union dans la perspective de la conférence sur le climat qui doit se dérouler à Santiago du Chili en décembre. Et aborder bien entendu aussi la situation en Syrie avec l’offensive de la Turquie qui, par ailleurs, menace les Européens de revenir sur l'accord de 2016 sur la migration. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !