« Un coup d’Etat électoral » de Joseph Kabila ? | Coupe du monde de football 2018 | DW | 09.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

« Un coup d’Etat électoral » de Joseph Kabila ?

Ces mots sont ceux employés par Valentin Mubake, président du Comité national de l’UDPS, le parti d'Etienne Tshisekedi. Celui-ci a perdu les élections, d’après la Céni. Ses fidèles revendiquent cependant sa victoire.

** FILE ** Congolese opposition party politician Etienne Tshisekedi talks to journalists after a brief meeting between the South African president Thabo Mbeki and the Congolese delegation in Stellenbosch, Cape Town, South Africa, in this Dec.18, 2002 file photo. 26 million people are entitled to vote in the presidential elections on July 30. (AP Photo/Obed Zilwa)

Etienne Tshisekedi, candidat de l'UDPS, ne reconnaît pas les résultats

Ce n'est pas vraiment une surprise et pourtant, le choc est grand en RDC. La Commission électorale nationale Indépendante (Céni) a confirmé la réélection de Joseph Kabila, avec un peu moins de 48,97% des suffrages exprimés, contre 32,33% des voix pour son rival de l'UDPS, Etienne Tshisekedi. Des résultats encore provisoires, puisque la Cour suprême de justice a jusqu'au 17 décembre pour examiner les éventuels recours. Mais déjà, l’UDPS conteste avec vigueur.

Ecoutez ci-dessous la réaction de Valentin Mubake. Joint vendredi après-midi à Kinshasa, le président du Comité national de l'UDPS, fait part de sa colère face à la victoire que Joseph Kabila « a volée au peuple congolais ».

Quant à la société civile, Jean-Claude Katende, président de l'Association africaine de défense des droits de l'Homme, estime que Joseph Kabila a peut-être remporté une victoire mais qu'il a perdu sa légitimité.

Auteurs : Sandrine Blanchard, Phlippe Pognan, Abilinda Ebinda Ngboko
Edition : Anne Le Touzé, Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité