Un ballon nommé Jabulani | Coupe du monde de football 2018 | DW | 11.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Un ballon nommé Jabulani

Un bon coup d’envoi de Coupe du monde, c’est d’abord un bon ballon. Celui de cette année s'appelle « Jabulani », ce qui, en zulu, signifie « faire la fête ».

default

Malgré son nom joyeux, le modèle 2010, signé adidas comme ses prédécesseurs depuis 40 ans, est loin de ne faire que des heureux.

Les concepteurs de la marque allemande adidas ont pourtant mis quatre ans à mettre au point Jabulani. Avant de l'homologuer, ils ont longuement testé l'aérodynamisme de ce nouveau ballon et proposé à des footballeurs professionnels de jouer avec, pour voir. Andy Harland, de l'Institut de technologie sportive de l'université britannique de Loughborough, a participé à l'élaboration de Jabulani. Il avait déjà travaillé à la conception du ballon « esprit d'équipe », celui du Mondial 2006 en Allemagne :

« Nous avons surtout dû prendre en compte le fait que les matches auront lieu à différentes altitudes : au niveau de la mer comme bien plus haut, ce qui représente un défi. En altitude, l'air est plus dense et le ballon est plus rapide et va plus loin qu'au niveau de la mer. »

Der offizielle WM-Ball mit Namen Teamgeist und seine Ahnen

Le ballon 2006, "Teamgeist" ("esprit d'équipe"), et ses prédécesseurs

Un ballon haute technologie, donc, avec un design politiquement correct, à onze couleurs, censées représenter les onze groupes linguistiques officiels de l'Afrique du sud. Mais Jabulani n'a pas convaincu tous les footballeurs qui l'ont essayé. L'attaquant italien Pazzini parle de « catastrophe », Fabiano, de l'équipe du Brésil, a même parlé de balle « ensorcelée ». Selon lui, le ballon change de trajectoire en plein vol, « comme s'il était téléguidé ». Même scepticisme chez Baptista, coéquipier de Fabiano, qui dit que Jabulani ne part pas dans le bon sens quand il fait une passe. Pour Oliver Brüggen, le porte-parole d'adidas, tout ceci n'est que calomnie.

« Si on regarde bien, on s'aperçoit que ceux qui formulent ces critiques sont sous contrat chez nos concurrents. Je peux vous dire et nous assurons que le Jabulani adidas est plus précis et plus résistant qu'aucune autre balle auparavant. »

L'entreprise adidas mise beaucoup sur son nouveau ballon pour remonter la pente. Sa faillite en Chine, fin 2009, lui a coûté une baisse de 60% de ses bénéfices. Et les espoirs sont grands : en 2006, le ballon adidas choisi par la FIFA s'est vendu à 15 millions d'exemplaires.

Quant aux joueurs, s'ils manquent les cages au Mondial, ils pourront toujours mettre ça sur le compte du ballon.

Auteurs: Ludger Schadomsky/Sandrine Blanchard
Edition: Marie-Ange Pioerron

Publicité