Tshisekedi au Burundi : une visite suivie par les Congolais | Afrique | DW | 14.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Tshisekedi au Burundi : une visite suivie par les Congolais

Le président Félix Tshisekedi est arrivé au Burundi dans le cadre d’une visite officielle. Au menu des discussions avec son homologue burundais : les questions sécuritaires et économiques qui concernent les Congolais.

Écouter l'audio 02:05

"Felix Tshisekedi doit entrer en contact avec le président Burundais pour renforcer les mesures sécuritaires" (Elois Musindi, habitant d'Uvira)

Ils auront été nombreux à faire le déplacement et de traverser la frontière en direction de Bujumbura, la capitale burundaise. Les membres de la société civile, tout comme les partisans de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et l'Union pour la Nation congolaise (UNC) n’avaient qu’une seule envie, celle d'accueillir et de rencontrer le chef de l’Etat congolais en visite officielle au Burundi.

Echanges commerciaux fluides entre le Burundi et la RDC
Yves Nsengele est un jeune Congolais qui vit à Bujumbura, il vend des marchandises entre la RDC et le Burundi. Il était à l’aéroport au moment où Félix Tshisekedi est arrivé et quand nous l’avons joint dans la journée. "Il y a une grande foule qui est là, des gens de l’UDPS et de l’UNC. Il y a tout ce monde qui est là, il y a les tambourinaires du Burundi qui agrémentent cette visite. A l’instant, Félix Tshisekedi s’entretient avec son homologue burundais. Franchement, nous aimerions qu’on puisse nous faciliter les choses. Nous autre qui venons acheter des produits ici, lorsque nous rentrons au Congo, on aimerait qu’il n’y ait pas de problèmes et lorsque nous amenons des pagnes et des fromages en provenance de Bukavu ou de Goma, nous souhaitons que les Burundais ne nous créent pas tant de problèmes. On aimerait qu’il puisse y avoir un échange fluide," souligne le jeune opérateur économique.

Des questions sécuritaires loin d'être résolues

Un échange fluide certes mais ce dernier doit être garanti par un contexte sécuritaire rassurant pour les populations. Une thématique qui avait déjà été abordée par Félix Tshisekedi lorsqu’il était candidat à la présidentielle et qu’il s’était rendu à Uvira.
 Le message principal de Tshisekedi à l’époque pour les populations de cette ville congolaise frontalière du Burundi avait été qu'il allait rétablir la sécurité dans cette région où sévissent de nombreux groupes armés. Depuis, la situation n’a pas beaucoup évolué comme le signale Elois Musindi, un habitant d’Uvira qui attend beaucoup de cette visite du président congolais en terre burundaise. "Ce que nous pouvons adresser comme message au président Tshisekedi qui se trouve à Bujumbura est qu'il doit savoir que la population au niveau d’Uvira n’est pas à l’aise avec les groupes rebelles qui quittent le Burundi pour venir établir leur base dans les hauts plateaux d’Uvira. Il doit entrer en contact avec son homologue burundais pour voir comment ils peuvent renforcer les mesures sécuritaires au niveau des frontières qui sont poreuses," martèle Mr. Musindi.

En attendant que ces réclamations congolaises soient entendues, les Congolais sur place à Bujumbura n’ont pas eu l’occasion de s’entretenir avec le chef de l’Etat. A sa sortie de l’aéroport, ces derniers se sont mis à scander : "Félix, papa alobaki, le peuple d’abord", "Félix, ton père avait dit le peuple d’abord". 

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !