Troisième année de crise au Burundi : Pierre Claver Mbonimpa réclame justice | Afrique | DW | 24.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Troisième année de crise au Burundi : Pierre Claver Mbonimpa réclame justice

Le 25 avril 2015, le CNDD-FDD au pouvoir investissait Pierre Nkurunziza comme candidat pour un troisième mandat au Burundi, plongeant le pays dans une violente crise politique. Le président de l’Association burundaise pour la promotion des droits humains et des personnes continue à militer et réclame justice.

Écouter l'audio 02:15

C'était il y a trois ans. Le 25 avril 2015 le CNDD-FDD décidait d'investir Pierre Nkurunziza comme candidat à la présidentielle de juin 2015. L’annonce de cette candidature du président burundais pour un troisième mandat, jugé illégal par l’opposition et la société civile, avait plongé le pays dans une crise politique marquée par des manifestations réprimées dans le sang.

BUJUMBURA Burundi Präsident Pierre Nkurunziza 1st L Front inspects

Le président du Burundi Pierre Nkurunziza en juillet 2017.

Aujourd'hui Pierre Claver Mbonimpa, le président de l’APRODH, l’Association burundaise pour la promotion des droits humains et des personnes, estime que rien n'a changé. "Les enlèvements, les assassinats continuent toujours. Si vous regardez nos rapports, vous verrez que beaucoup de gens sont tués, sont emprisonnés. Les fameux référendums pour changer la constitution aggravent aussi la crise, car ils ont pour but de changer la consitution pour que Pierre Nkurunziza s'éternise au pouvoir", estime-t-il.

"Je connais ceux qui ont voulu me tuer"

Burundi Gewalt ARCHIVBILD

Manifestation à Bujumbura en 2015.

Figure de la société civile burundaise, Pierre Claver Mbonimpa avait été victime d'une tentative d'assassinat en août 2015. Il avait reçu plusieurs balles. "Je connais les auteurs. Le commanditaire a déjà été assassiné. C'est quelqu'un qui travaillait au service de renseignements. Il a été assassiné trois mois aprés mon assassinat parce qu'il avait échoué à sa mission", assure-t-il aujourd'hui. Son fils a également été tué. "Nous connaissons les auteurs de cet assassinat. C'est pour ça que je dois représenter les victimes de ce troisième mandat au niveau de la justice."

Pas d'échec

Trois ans aprés le début de la crise, certains se demandent si l'oppositon n'a pas échoué. "Non", répond Pierre Claver Mbonimpa. "Pierre Nkurunziza sait qu'il est au pouvoir. Et à cause de cet accord d'Arusha, à cause de la consitution, il a fait combien de temps au pouvoir ? Il a fait 10 ans, et nous avons dû l'aider pour trouver les accords d'Arusha. C'est trop, il y a trop de souffrance, mais on échoue jamais". 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet