Trois chefs rebelles centrafricains arrêtés à N′djamena | Afrique | DW | 20.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Trois chefs rebelles centrafricains arrêtés à N'djamena

Parmi eux, Abdoulaye Miskine. Ces arrestations posent une série de questions sur l'état de l'accord de paix de Khartoum.

Écouter l'audio 02:27

Ecoutez l'analyse de notre correspondant à Bangui...

Ces trois chefs rebelles ont semble-t-il franchi la frontière pour fuir des combats dans le nord de la Centrafrique. Ils ont été arrêtés mardi 19 novembre puis transféré à N'Djamena où ils ont été mis aux arrêts à l'Agence nationale de sécurité.

Ces interpellations posent une série de questions :

D'une part, comment expliquer ces arrestations alors que le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) du général Miskine est signataire de l'accord de paix de Khartoum ? Cet accord avait été signé le 6 février 2019 entre le gouvernement centrafricain du président Faustin-Archange Touadéra et quatorze groupes armés. 

Dès lors, que représente Abdoulaye Miskine dans le jeu politico-militaire aujourd'hui en République centrafricaine ?

Selon Jeff Murphy Barès, le chef rebelle s'est progressivement écarté de l'accord de paix, en menant des prises d'otages et appelant récemment à la démission du chef de l'Etat.


Ecoutez ses explications en cliquant sur l'image ci-dessus…

Audios et vidéos sur le sujet