Transparency international: pour lutter contre la corruption, il faut plus que des promesses | Afrique | DW | 23.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Transparency international: pour lutter contre la corruption, il faut plus que des promesses

Transparency International vient de publier son rapport 2019 sur la perception de la corruption dans 180 Etats de la planète. Le classement des Etats d'Afrique francophone n'est pas brillant.

Écouter l'audio 10:14

'Les pays les moins bien classés ont banalisé la corruption' (Samuel Kaninda, Transparency International)

Que ce soit en Irak, au Chili, en RDC ou au Liban, des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue l'année dernière. Tous partagent une même colère : ils s'indignent contre la corruption au quotidien. 

Transparency International vient de publier son rapport annuel sur la perception de la corruption dans 180 Etats de la planète. L'ONG établit un classement en fonction de 13 bases de données différentes (de la Banque mondiale, la BAD, de fondations allemandes etc.) qui regroupent les avis d'experts mais aussi d'hommes et de femmes sur leur ressenti de la corruption dans le secteur public des différentspays.

Les résultats sont peu encourageants, notamment en Afrique francophone. La RDC, par exemple, est classée 168è sur 180.

Ecoutez l'interview avec Samuel Kaninda en cliquant sur la photo. Il est le conseiller régional Afrique chez Transparency International à Berlin.

En queue de classement, dans l'index publié par l'ONG, on retrouve la Somalie, précédée du Yémen, de la Syrie et du Soudan du Sud.
L'Allemagne arrive 9e sur 180. A titre de comparaison, la France perd des points et est classée à la 23e place.
 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet