Théodore Holo sceptique sur la date de fin du mandat présidentiel | Afrique | DW | 12.01.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Théodore Holo sceptique sur la date de fin du mandat présidentiel

L'ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin se prononce sur l'instauration du parrainage comme condition pour être candidat à la présidentielle.

Cotonou, la capitale du Bénin

Cotonou, la capitale du Bénin

C’est à partir de ce mardi 12 janvier que la Commission électorale nationale Autonome (Céna) débute la distribution des formulaires de parrainage aux élus. Ceux-ci les remettront au candidat à la présidentielle de leur choix. Au total, il faudra en présenter seize dans son dossier pour espérer briguer la magistrature suprême, le 11 avril prochain. Une mesure mise en place par le nouveau code électoral. 

La crainte de problèmes à venir

Problème : les 83 députés et 70 des 77 maires sont tous issus des deux partis politiques de la majorité représentée à l’Assemblée nationale. C'est ce que déplore, dans la matinale info de la DW ce mardi, Théodore Holo, qui a été plusieurs fois ministre, après avoir présidé la Haute Cour de justice du Bénin pendant quatre ans. "Le Bénin a l'habitude d'avoir des élections incluvsives, où l'opposition et la mouvance présidentielle sont représentées, ce qui fait qu'on évitait les violences", déclare-t-il. "C'est cette tradition qui est rompue par l'instauration du parrainage dans ces conditions", regrette Théodore Holo.

Écouter l'audio 23:04

"Il faut des élections inclusives au Bénin" - Théodore Holo

L'enregistrement des candidats devrait débuter le 4 février prochain sur place. La campagne pour le premier tour est elle prévue du 26 mars au 9 avril prochain. En cas de deuxième tour, celui-ci aurait lieu le 9 mai.

Prestation de serment maintenue en mai

Jeudi dernier (07.01), la Cour constitutionnelle du Bénin s’est déclarée incompétente pour statuer sur la courte prolongation du mandat du président Patrice Talon.

Un recours avait été formulé par un citoyen béninois contre la prorogation du mandat du président Patrice Talon. "Après examen, la Cour constitutionnelle s'est déclarée incompétente pour contrôler la volonté du constituant", a-t-elle indiqué.

Le requérant en question estimait que, comme la fin du mandat du président Patrice Talon est fixée au 5 avril 2021 à minuit, la passation de pouvoir avec son successeur devrait impérativement intervenir le lendemain, conformément aux dispositions de la Constitution de 1990 sur laquelle le chef de l'Etat a prêté serment. 

Mais la Constitution de 1990 révisée en novembre 2019 stipule que le président de la République devrait désormais prêter serment le 23 mai, au lieu du 6 avril, comme il était de coutume dans le pays, avant la révision.

Cette mesure s’appliquera à celui qui sera élu à l’issue de la présidentielle du 11 avril 2021, soit une prolongation actée dans la foulée des réformes politiques et institutionnelles de 2019.

Cette disposition ne devrait pas s’appliquer à Patrice Talon dont le mandat expire le 5 avril prochain, selon Théodore Holo, car, justifie-t-il, "la loi ne dispose que pour l'avenir, elle n'a pas d'effet rétroactif". 

 

Audios et vidéos sur le sujet