Terrorisme au Sahel : des remèdes connus mais pas toujours appliqués | Arbre à palabre | DW | 13.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Terrorisme au Sahel : des remèdes connus mais pas toujours appliqués

Alors que les statistiques affichent une baisse du terrorisme dans le monde ces 4 dernières années, un petit groupe de pays africains semble au premier plan des zones les plus touchées. Selon des experts, il existe des remèdes incontournables que les Etats concernés doivent utiliser, que ce soit dans les armées, dans le système de gouvernance que dans les rapports avec les partenaires extérieurs.

Écouter l'audio 25:45

Ces dernières années ont connu une évolution rapide du terrorisme et de l'extrémisme violent en Afrique. Les solutions apportées par les Etats se révèlent pour l'instant insuffisantes pour endiguer le phénomène. Les armées comptent des pertes d'hommes par dizaines et les populations civiles sont contraintes à la fuite dans plusieurs pays notamment ceux de la bande saharo-sahélienne.

Et pourtant, d'après l'index global du terrorisme, à l'échelle mondiale, le nombre d'attaques a significativement baissé par rapport au pic enregistré en 2014. Pourquoi les pays africains, la plupart en retard de développement et sans gros intérêts extraterritoriaux se retrouvent-ils au premier plan des zones les plus frappées aujourd'hui ?

Fréjus Quenum en discute avec ses invités :

Burkina Faso Ouagadougou | Angela Merkel, Bundeskanzlerin & Treffen G5 Sahel (Reuters/A. Mimault)

Une réunion du G5 Sahel à Ouagadougou en présence de la chancelière allemande Angela Merkel (01.05.19)

- Magistrat-Colonel Jean-Pierre Bayala, officier de l'armée burkinabè à la retraite, Enseignant à l'institut supérieur de sécurité humaine et père fondateur de la justice militaire au Burkina Faso
- Ahmedou Ould Abdallah, directeur du centre de stratégie et de sécurité pour le Sahel et le Sahara (C4S), ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, ancien fonctionnaire de l'ONU
- et Joseph Vincent Ntuda Ebode, Professeur d'Université au Cameroun, directeur du centre de recherche d'études politiques et stratégiques de l'Université de Yaoundé II