Dur, dur d′être retraité(e) au Tchad | Afrique | DW | 28.06.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Dur, dur d'être retraité(e) au Tchad

De nombreux fonctionnaires retraités au Tchad réclament le paiement des arriérés de leur pension. Leur quotidien est marqué par la précarité. Reportage.

En Afrique, atteindre l'âge de la retraite est rarement synonyme de détente (photo d'archive)

En Afrique, atteindre l'âge de la retraite est rarement synonyme de détente (photo d'archive)

Au Tchad, de nombreux fonctionnaires retraités sont confrontés à d’énormes difficultés pour entrer en possession de leur pension. Outre l’accumulation des arriérés paiements et les retards, les sommes versées aux retraités de la fonction publique ou aux ayants droits sont jugés insignifiants. 

"Même un chien vit mieux" 

Ancien militaire à la retraite depuis 2012, le Tchadien Jean Blague Ngaba s'insurge : "’Nous sommes dépassés, le Tchad est un Etat criminel. Il faut qu’on se dise la vérité.’’

Jean Blague Ngaba en veut à l'Etat tchadien

Jean Blague Ngaba en veut à l'Etat tchadien

Jean-Blague Ngaba fait partie des 32. 000 retraités de la fonction publique qui peinent à se prendre financièrement en charge. 

>>> A lire aussi : Tchad : Stop aux violences contre les femmes

Elu président national des Comités de crise des retraités du Tchad, le commandant Jean Blague Ngaba raconte le calvaire qu'il traverse : "Depuis 2012, j’ai un arriéré de presque 2 millions quelques F CFA. Pour nous payer c’est difficile, à l’heure où je vous parle vous allez trouver des veuves et des orphelins qui gagnent 40 000 FCFA, 50 000 FCFA, 35 000 FCFA et 30 000 FCFA. Mais vous voyez, quelqu’un qui gagne 30 000F comment il va vivre ? Même un chien vit mieux par rapport à nous retraités tchadiens."

Outre, les retards dans le paiement des pensions, les retraités de la fonction publique sont souvent victimes d’escroquerie.

Pour entrer en possession des arriérés de leurs pensions, les retraités doivent débourser de l’argent ou laisser une partie de leur argent aux agents de la Caisse nationale des retraités du Tchad.

Quand il faut payer pour être payé

Alladoumngar Tedengarti, porte-parole du Comité ad hoc des retraités du Tchad explique que toutes les conditions sont réunies pour "escroquer les retraités".

Alladoumngar Tedengarti dénonce le désordre au sein de la Caisse nationale des retraités du Tchad

Alladoumngar Tedengarti dénonce le "désordre" au sein de la Caisse nationale des retraités du Tchad

Il dénonce le "désordre" qui prévaut au sein de la Caisse nationale des retraités du Tchad : "Il y a des arriérés de depuis 2010 et pour qu'ils soeint versés, il faut débourser de l’argent. Tu donnes la moitié et tu prends la moitié. Comment voulez-vous que les retraités puissent vivre normalement? C’est une situation entretenue et nous espérons que le nouveau directeur qui vient d’arriver puisse être capable mettre de l’ordre.’’

Écouter l'audio 12:33

Vivre mieux et plus longtemps

Augmenter le niveau des retraites

Laring Baou, le nouveau directeur de la Caisse nationale, est conscient de la présence de dysfonctionnements. Selon lui, cette situation est due à la lenteur administrative au niveau du Trésor Public. Et, parfois, à un manque de ressources.

Laring Baou (Caisse Nationale de Retraités du Tchad) reconnaît des dysfonctionnements structurels

Laring Baou (Caisse Nationale de Retraités du Tchad) reconnaît des dysfonctionnements structurels

"Ce sont des personnes âgées qui ont travaillés pour le pays et quand on les fait pleurer comme ça, ce n’est pas bien, estime Laring Baou. On les comprend parfaitement parce que c’est de ça qu’ils vivent. Et la pension même est insuffisante, donc nous sommes en train de faire des plaidoyers pour qu’on puisse augmenter le niveau des pensions qu’on donne aux retraités.’’

Le nouveau directeur de la caisse nationale souhaite par ailleurs que désormais les cotisations prélevées soient directement versées dans la Caisse nationale des retraités et non au Trésor Public afin de faciliter le paiement des retraités à temps.