Tchad : grogne sociale et répression brutale | Arbre à palabre | DW | 02.02.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Tchad : grogne sociale et répression brutale

Où va le Tchad avec les troubles actuels ? Ces troubles risquent-ils de s'aggraver avec la répression des manifestations ? Face à l'endettement, l'Etat a imposé des mesures d'austérité qui passent mal dans un contexte particulier où l'on se souvient de la disparition il y a 10 ans de l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh que certains perçoivent comme un symbole de la rigidité du régime Idriss Déby.

Écouter l'audio 25:45

Le Tchad est de nouveau traversé par une vague de mécontentement général que certains assimilent à une fronde contre le pouvoir de Idriss Déby Itno, au sommet de l'Etat depuis 28 ans. Face à l'endettement, l'Etat a imposé des mesures d'austérité qui passent mal. Le climat est tendu avec des manifestations réprimées dans un contexte particulier.

Il y a dix ans en effet, des rebelles sont arrivés jusqu'aux portes du pouvoir à Ndjamena en 2008. Il s'en est suivi une vive répression accompagnée d'arrestations et d'une disparition d'opposants. Le cas de Ibni Oumar Mahamat Saleh étant le plus célèbre. Où va le Tchad avec les troubles actuels? Ces troubles risquent-ils de connaître une aggravation avec le risque toujours présent de la répression ? Rejoignez Fréjus Quenum et ses invités :

- Mahamat Zen Bada, Secrétaire général du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) le parti au pouvoir au Tchad

- Mahamat Ahmat Alhabo, Secrétaire général du Parti pour les Libertés et le Développement, ancien ministre des finances et ex-candidat à l'élection présidentielle au Tchad

- et Evariste Ngarlem Tolde, acteur de la société civile, Docteur en Sciences politiques et Enseignant-Chercheur à l’UNI-Ndjamena