Stratégies électorales | Vu d′Allemagne | DW | 25.08.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Stratégies électorales

Les journaux font bien sûr le bilan des Jeux de Pékin, mais il est aussi beaucoup question de perspectives électorales : les législatives allemandes et, dans un avenir plus proche, les présidentielles américaines.

** FILE ** Sen. Joe Biden, D-Del., left, talks with Sen. Barack Obama, D-Ill., prior to the start of the first Democratic presidential primary debate of the 2008 election hosted by the South Carolina State University in Orangeburg, SC., in this April 26, 2007 file photo. Barack Obama selected Sen. Joe Biden of Delaware late Friday night Aug. 22, 2008 to be his vice presidential running mate, according to a Democratic official, balancing his ticket with an older congressional veteran well-versed in foreign and defense issues. (AP Photo/J. Scott Applewhite, File)

Le candidat démocrate et son colistier, le sénateur Joseph Biden

Democratic vice presidential running mate Sen. Joe Biden, D-Del., jogs out to meet Democratic presidential candidate Sen. Barack Obama, D-Ill., as they appear together outside the Old State Capitol Saturday, Aug. 23, 2008, in Springfield, Ill. (AP Photo/Jeff Roberson)

Considéré comme un spécialiste des relations internationales, J. Biden est l'un des plus anciens élus du Sénat américain

La Tageszeitung consacre sa Une à ce qu'elle nomme la « panthère grise d'Obama », à savoir Joe Biden. Le slogan « change », c'était hier. Aujourd'hui il n'y a plus que la victoire qui compte. C'est, selon le journal, le message qui ressort du choix de cet homme comme candidat à la vice-présidence. Car Joe Biden est une figure de l'establishment gouvernemental. En le nommant, Barack Obama a mis de côté son idée de nouveau départ. Et que cela ne soit pas très bienvenu, notamment chez ses jeunes partisans, ceux-là même à qui il doit ses succès électoraux, Obama en est bien conscient.


Aux Etats-Unis, dans le choix de leur colistier, les candidats à la présidentielle ont deux possibilités, explique la Süddeutsche Zeitung. Soit ils nomment quelqu'un qui met en valeur leurs points forts, soit ils optent pour un assistant qui compense leurs faiblesses. Barack Obama a choisi la deuxième variante. Au premier abord, cela n'est pas signe de force politique. Car il montre ainsi qu'il a besoin d'aide. Mais la SZ reconnait : cet homme de 65 ans apporte avec lui de l'expérience, ce qui devrait rassurer ceux qui doutent.


Côté politique intérieure cette fois, les quotidiens se penchent sur les perspectives du parti social-démocrate allemand pour les législatives qui auront lieu à l'automne 2009.

ARCHIV - Der SPD-Parteivorsitzende Kurt Beck (l) und Bundesaußenminister Frank-Walter Steinmeier unterhalten sich am Donnerstag (25.10.2007) im Congress-Centrum Hamburg (CCH) bei einer Veranstaltung der Friedrich-Ebert-Stiftung (Archivfoto vom 25.10.2007). Beck hatte vor knapp drei Wochen die Möglichkeit einer Links-Kooperation in Hessen angedeutet. SPD-Bundesvorstand und -parteirat hatten dann den Landesverbänden freie Hand gegeben. Danach hatte die hessische SPD-Landesvorsitzende Ypsilanti ihr Vorhaben öffentlich gemacht. Im SPD-Debakel um eine Regierungsbildung in Hessen bahnt sich möglicherweise eine überraschende Wende an: Die SPD-Landtagsabgeordnete Metzger erwägt, ihr Mandat niederzulegen. Zunächst hatte sie den Plan von Andrea Ypsilanti für eine von der Linken tolerierte rot-grüne Minderheitsregierung mit ihrem Veto verhindert. Foto: Maurizio Gambarini +++(c) dpa - Bildfunk+++

Kurt beck et Frank-Walter Steinmeier

Le SPD, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, préfère depuis longtemps le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier comme candidat à la chancellerie à son chef de parti Kurt Beck. Kurt Beck, qui d'ailleurs risque de perdre son poste actuel. A peine Franz Müntefering annonce t-il son come-back que Beck n'arrive dans les sondages que deuxième pour la direction du parti. Pour viser la chancellerie, Steinmeier a besoin d'un chef stable qui ne s'occupe que de ses affaires et respecte l'aile gauche du parti.

Franz Muentefering, secretary general of German Social Democratic party (SPD) during a press conference in Berlin in this June 2, 2002 file photo. Editors in-chief of German newspapers, magazines and TV channels criticized Muentefering who laid a charge against German tabloid 'Bild' for getting informations in an illegal way. 'Bild' had reported about the use of air miles by German parliamentarians for private purposes and has brought the ruling government into trouble prior to the national elections on Sept. 22, 2002. On Sunday, Aug. 4, 2002, 'Bild' quoted the heads of respected German medias judging the charges as an attack on press freedom.

F. Müntefering avait démissionné en 2007 pour prendre soin de sa femme malade


Selon die Welt, les remous que suscite le retour en politique de Franz Müntefering, éveille des espoirs qui semblent trop lourds à porter pour un seul homme. Une personne peut-elle à elle seule sauver un parti ? Cela ne parait pas complètement impossible. Finalement il y en a un qui a bien réussi à faire perdre au SPD toute crédibilité. Peut-être cela fonctionne t-il aussi dans l'autre sens.

  • Date 25.08.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/F4U4
  • Date 25.08.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/F4U4
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !