Soupçons de maltraitance et d′abus sexuels chez SOS villages d’enfants | International | DW | 07.05.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Soupçons de maltraitance et d'abus sexuels chez SOS villages d’enfants

L’ONG internationale SOS villages d’enfants diligente une enquête interne sur des cas de violences et fraudes signalées dans plus de 20 pays. 

Une formation en informatique dans un SOS village d'enfants de Zambie (archive: 2008)

Les activités de l'ONG vont de l'accueil à l'aide d'urgence, en passant par la formation

SOS villages d’enfants est une organisation qui vient en aide à 1,2 millions d’orphelins et enfants dans le besoin dans le monde. Elle est présente dans 137 pays, gère environ 550 structures caritatives et emploie plus de 39.000 personnes. 
En Afrique, elle s'occupe de 148 villages d'accueil, plusieurs centaines de programmes à destination de la jeunesse ou des familles, des centres de formation, des centres médicaux, des programmes d'aide d'urgence... ces activités sont réparties dans 47 pays différents du continent.


Jeudi (06.05.21), Ingrid Maria Johansen, qui dirige l'ONG basée en Autriche, a fait part dans un communiqué de "cas de violation grave de la protection des enfants et de mauvaise gestion dans certains pays d'Afrique et d'Asie". 

Abus sexuels, corruption…

Selon le communiqué de l’organisation, il s’agirait d’abus sexuels et autres violences commises à l’égard de mineurs, de "corruption" (notamment des fraudes à l’appel d’offres truqué), de "détournement de fonds" et de non-respect des règles de protection des droits des enfants et des employés (par la mise à l’écart de lanceurs d’alerte, par exemple).

Ingrid Maria Johansen se dit "profondément choquée" de la nature, du nombre des incidents révélés mais aussi de l’inaction de certains dirigeants de SOS villages d’enfants qui n’auraient rien entrepris alors qu’ils étaient au courant.

Indemnisation et médiation

La direction de l’association assure qu’elle prévoit une indemnisation des victimes à hauteur de "plusieurs millions d’euros" en tout, sans toutefois préciser ni quelles en seront les modalités ni le nombre des bénéficiaires. 
Un médiateur sera nommé pour retrouver et aider les victimes.
En 2019, l’association avait déjà lancé un premier examen en interne puis ordonné une enquête il y a six mois. C’est désormais une commission indépendante qui doit enquêter sur ces accusations d’ici fin 2022.
La période concernée par l’enquête actuelle débute dans les années 1990. Mais en 2014, SOS villages d’enfants avait déjà dû faire face à des accusations de maltraitance en Autriche, durant presque 40 ans, des années 1950 aux années 1990.

Des excuses

Ingrid Maria Johansen a présenté des excuses aux enfants "qui ont besoin d’adultes en qui ils peuvent avoir confiance" et pour le fait que l’ONG ne se soit pas elle-même élevée au niveau qu’elle s’était elle-même fixée.

Liens