Solhan : une attaque qui relance le débat sur les supplétifs civils des armées en Afrique | Arbre à palabre | DW | 11.06.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Solhan : une attaque qui relance le débat sur les supplétifs civils des armées en Afrique

Dans quelles mesures la création des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils des forces armées, contribue-t-elle à la sécurisation du territoire burkinabé ? L'attaque de Solhan a ciblé un site d'orpaillage mais au-delà, un camp de VDP. Quelles alternatives existe-t-il aux VDP au Burkina Faso ?

Écouter l'audio 25:45

Le Nord du Burkina Faso a enregistré dans la nuit du 4 au 5 juin 2021, l'un des massacres de civils les plus meurtriers que le Sahel ait connus depuis l'accentuation des violences en 2012 au Sahel. Entre 132 (selon les autorités) et 160 personnes (selon des sources locales) ont été tuées cette nuit-là dans le village de Solhan.

Solhan est situé non loin de la frontière du Burkina Faso avec le Mali et le Niger, une zone que les groupes armés djihadistes disputent à l'autorité des Etats qui essaient tant bien que mal de résister. Mais dans l'immédiat, pourquoi s'en prendre à des populations civiles qui ne demandent qu'à mener paisiblement leurs activités quotidiennes ?

>>> Lire aussi Don de sang pour les victimes des attaques au Burkina Faso

Les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP)

L'attaque a ciblé un site d'orpaillage d'après les informations. Mais au-delà, un camp a été aussi attaqué. Un camp de "Volontaires de la défense de la patrie", des civils armés pour suppléer l'armée dans la sécurisation du territoire. Une structure dont la création, début 2020, a suscité des appréhensions.

Mais les VDP exposent-ils vraiment les populations comme certains le prétendent ? Etait-ce la bonne décision ? Fréjus Quenum en discute avec ses invités :

- Abdoulaye Mosse, en ligne du Burkina Faso, député du parti "Mouvement du peuple pour le progrès" (MPP) au pouvoir, vice-président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso
- Boureima Ouedraogo, sociologue, directeur académique de l'Institut supérieur de sécurité humaine à Ouagadougou
- et Oswald Padonou, Docteur en Science politique et président de l’Association béninoise d’études stratégiques et de sécurité (ABESS), enseignant-chercheur en relations internationales, études stratégiques, politiques de défense et de sécurité, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest et auteur de plusieurs publications sur les dynamiques politiques et sécuritaires de la région.

Retrouvez l'émission "arbre à palabre" chaque vendredi à 17H30 et chaque samedi à 7H TU !