″Sea-Watch 3″ divise les Etats européens | Vu d′Allemagne | DW | 31.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

"Sea-Watch 3" divise les Etats européens

Les éditorialistes allemands reviennent sur le différend qui oppose les Etats européens autour du navire de secours en mer de l'ONG allemande "Sea-Watch 3".

"Il est difficile de croire que pour accueillir 47 migrants sauvés en mer, il faut une semaine de négociations entre sept États de l'Union européenne et un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme", écrit le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung. Mais pour le quotidien de Francfort, le différend qui oppose les pays européens autour du "Sea-Watch 3" est plus profond.

Il s'articule autour d'une politique européenne commune en matière de réfugiés. Une politique devenue un cercle vicieux, souligne la FAZ. "Il y a les intérêts compréhensibles mais contradictoires des pays qui accueillent les migrants d'une part, et les politiques populistes qui rendent les accords pragmatiques plus difficiles d'autre part", écrit le journal.   

Pour sa part, la Süddeutsche Zeitung estime qu'il y a surtout une grande impuissance quant à la manière dont l'Union européenne affronte le grand mouvement migratoire.

Selon la Tageszeitung, le secours humanitaire est devenu secondaire face aux querelles indignes sur le sort des personnes à bord du "Sea-Watch 3". Ces querelles montrent un danger supplémentaire pour l'idée européenne, conclut la Süddeutsche Zeitung. 

Brexit sans accord ? 

Le quotidien bavarois commente aussi les longues et interminables négociations entre Bruxelles et le Royaume Uni autour du Brexit. "La solution est entre les mains de Londres " écrit la Süddeutsche Zeitung. Le quotidien souligne qu'un un Brexit sans accord va avoir des conséquences fatales pour des millions de citoyens de l'UE au Royaume-Uni et vice versa.

"L'Europe doit se montrer à la fois ouverte mais ferme face à Theresa May", commente la Süddeutsche Zeitung. Les concessions de Bruxelles ne seraient qu'une invitation à exiger davantage sur le Backstop, la clause qui stipule que l'Irlande du Nord rester dans le marché intérieur européen. Un dispositif controversé qui vise à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !