Scandale des écoutes : les Murdoch s′expliquent | International | DW | 19.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Scandale des écoutes : les Murdoch s'expliquent

En Grande-Bretagne, le scandale des écoutes téléphoniques est de plus en plus retentissant. L'empereur des médias Rupert Murdoch et son fils James se sont expliqués mardi devant des parlementaires britanniques.

default

L'homme d'affaires australo-américain Rupert Murdoch, à Paris en juillet 2011

Le scandale n'a éclaté que récemment mais l'affaire des écoutes téléphoniques remonte au début des années 2000. En plus de dix ans, le tabloïd News of the World, appartenant au groupe de Rupert Murdoch, aurait piraté les messageries de quelque 4.000 personnes, dont des politiciens, des célébrités, et aussi celle d'une écolière assassinée.

En 2002 déjà, on avait appris que le tabloïd avait piraté le portable de cette même jeune fille disparue et retrouvée morte plus tard. En 2005, des portables de la maison royale ont aussi été piratés. Rebekah Brooks, alors journaliste de ce tabloïd, a toujours nié sa connaissance des faits, mais a reconnu dès 2003, devant une commission parlementaire, que son journal payait des policiers pour avoir des informations.

L'affaire a connu un autre rebondissement lundi avec l'annonce du décès de Sean Hoare, un ancien journaliste du même journal. Ce même Sean Hoare qui avait affirmé quelques jours plus tôt dans une interview accordée au New York Times que la pratique des écoutes illégales était bien plus étendue que ne l'admettaient les responsables du journal.

News of the World allerletzte Ausgabe

La toute dernière édition de News of The World, parue le 10 juillet

Dix personnes arrêtées

Suite à cette interview, Rebekah Brooks a démissionné de ses fonctions vendredi et a été arrêtée dimanche. Journaliste à News of the World, puis, plus tard, directrice de ce tabloïd hebdomadaire, elle est la dixième personne arrêtée dans cette affaire depuis le mois d'avril. La police la soupçonne notamment de "participation à l'interception de communications" et de corruption. Ce scandale a conduit à la fermeture définitive du News of the World, le tabloïd hebdomadaire le plus vendu au Royaume-Uni.

Les autorités britanniques veulent désormais savoir qui est responsable de ces agissements, et quel est le degré d'implication de chacun.

Interrogé mardi par une commission parlementaire, Rupert Murdoch a expliqué avoir fermé le journal News of the World parce que « nous avions honte de ce qui s'était passé ». Son fils James a dit vivement regretter les écoutes effectuées par des journalistes du groupe et a assuré qu'il ferait en sorte que de tels actes ne se reproduisent pas.

Auteur : Eric Segueda
Edition : Jean-Michel Bos

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !