Scandale au sein de l′armée israélienne | International | DW | 17.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Scandale au sein de l'armée israélienne

Des photos éclaboussent l’armée israélienne. Une ancienne conscrite a posté sur « facebook » un album photo : La jeune femme pose aux cotés de prisonniers palestiniens aux yeux bandés et aux mains liées.

default

Les conscrits sont déployés le long des frontières

Depuis que ces photos ont été prises, Eden Abergil a achevé ses 24 mois de service militaire obligatoire. Désormais civile, elle n'a plus de comptes à rendre à l'armée. Elle n’aura par conséquent pas à répondre de ses actes devant la justice militaire. Le porte parole de l’armée a cependant fait savoir qu’il condamnait ce comportement qu’il a qualifié de « honteux ». Michael Warschawski, co-président du centre d’information alternative à Jérusalem fait part de sa lecture des faits :

« L’armée a réagi mais en insistant clairement que ce n’était pas pour des raisons éthiques mais en disant que ç a portait atteinte au renom et à la bonne image de l’armée israélienne, à son image de marque. »

Israel Palästinenser israelische Armee

Le service militaire israélien dure 2 ans de 18 à 21 ans

Du coté palestinien, les réactions ne se sont pas fait attendre non plus. Le porte parole de l’Autorité palestinienne a immédiatement publié un communiqué dénonçant des photos "humiliantes". Il appelle par ailleurs à ce que cesse ce type de pratiques. Il n’est en effet pas rare que l'armée israélienne bande les yeux et attache les mains de Palestiniens soupçonnés d'être impliqués dans des atteintes à la sûreté de l'Etat avant de les interroger. L'ancienne militaire israélienne déclare ne pas comprendre ce qu'on lui reproche. Michael Warschawski apporte des éléments de réponse :

Gaza Aktivisten Israel Jordan Grenze Abschiebung

Les jeunes soldats israéliens sont chargés de contrôler les frontières

« 44 ans d’occupation, de colonisation, où l’armée, où n’importe quel petit caporal à presque le pouvoir de vie ou de mort sur les hommes et les femmes palestiniens qu’il rencontre dans les territoires occupés. Ça entraine une déshumanisation de l’autre. Les palestiniens sont soit des terroristes en puissance soit des terroristes présumés, de toute façon une menaç e. Ils sont plus quelque chose que quelqu’un. »

Ces photos rappellent celles de la prison d’Abou Ghraib en Irak, où des soldats de l’armée américaine s’étaient fait prendre en photo avec des prisonniers mis en laisse.

Auteur : Sylvie Ernoult
Edition : Sandrine Blanchard

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !