Verdict attendu dans le procès de Paul Rusesabagina | Afrique | DW | 20.09.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Verdict attendu dans le procès de Paul Rusesabagina

Ancien directeur de l'Hôtel des Mille Collines à Kigali et féroce critique du président rwandais Paul Kagame, Paul Rusesabagina encourt la prison à vie.

C'est ce lundi 20 septembre que Paul Rusesabagina, cet ancien hôtelier dont l'histoire a inspiré le film "Hôtel Rwanda" devrait être fixé sur son sort. Il avait été arrêté en août 2020, dans des circonstances troubles, à la descente d'un avion qu'il pensait être à destination du Burundi.

Son procès a débuté à Kigali au Rwanda en février 2021. Un mois plus tard, Paul Rusesabagina  et ses avocats boycottent les audiences dénonçant un procès politique ainsi que des mauvais traitements en détention. 

Avec une vingtaine d'autres personnes, il est jugé pour son soutien présumé au Front de libération nationale (FLN), un groupe rebelle accusé d'avoir mené des attaques meurtrières au Rwanda. Paul Rusesabagina est visé par neuf chefs d'accusation, dont celui de terrorisme.

Sa famille et ses proches ont toujours nié toute implication dans ces attaques menées par le FLN en 2018 et 2019. "Le verdict pour nous ne veut rien dire" nous a confié sa fille, Carine Kanimba, quelques heures avant l'annonce de la décision judiciaire. "Mon père était détenu illégalement avant ce verdict. Il est détenu illégalement après ce verdict. Il n'a pas eu de procès équitable. Il a été kidnappé, on lui a nié tous ses droits. On sait très bien qu'il n'y a qu'un seul juge au Rwanda. Ce ne sont pas les juges qui sont sur le dossier. C'est Paul Kagame. Mon père est un prisonnier politique. Simplement parce qu'il s'est opposé et parce qu'il a critiqué Paul Kagame."

Le 5 septembre dernier, le président rwandais Paul Kagamea rejeté les nombreuses critiques formulées à l'encontre du procès pour terrorisme visant Paul Rusesabagina. Paul Kagame a souligné qu'il méritait "d'être jugé équitablement devant un tribunal" et qu'il serait "jugé aussi équitablement que possible". Paul Rusesabagina  encourt la prison à vie.

A lire aussi → "Lourde responsabilité" de la France dans le génocide rwandais