Russie : plus de deux ans de prison pour Alexeï Navalny | International | DW | 02.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Russie : plus de deux ans de prison pour Alexeï Navalny

L’opposant russe comparaissait ce mardi devant la justice. Il est accusé d'avoir enfreint un contrôle judiciaire pour une condamnation avec sursis en 2014.

Alexeï Navalny en route pour l'audience de ce mardi (02.02.2021)

Alexeï Navalny en route pour l'audience de ce mardi (02.02.2021)

Un tribunal de Moscou a ordonné ce mardi, l'emprisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny, révoquant ainsi le sursis d'une précédente condamnation.

Le procès s'est déroulé dans un tribunal plein à craquer et sous haute surveillance policière.

Alexeï Navalny est accusé d'avoir violé son contrôle judiciaire en ne s’étant pas présenté comme il aurait dû le faire dans le cadre d'une condamnation avec sursis qui remonte à 2014. 

L'opposant ne pouvait en fait, pas se présenter devant la justice car il se trouvait en convalescence en Allemagne, à la suite de l’empoisonnement dont il a été victime l’an dernier. 

Alexeï Navalny en août 2020 à Berlin lors de son hospitalisation

Alexeï Navalny en août 2020 à Berlin lors de son hospitalisation

Lire aussi →L'opposant russe Alexeï Navalny dans le coma, victime d'empoisonnement ?

Il s'agit de la peine de prison la plus longue infligée à l'homme qui se présente depuis des années  comme le principal rival de Vladimir Poutine. Ses précédentes détentions se comptaient en jour ou en semaines.

Manifestation des partisans d'Alexeï Navalny à Moscou le 23 janvier 2021

Manifestation des partisans d'Alexeï Navalny à Moscou le 23 janvier 2021

Alexeï Navalny accuse Poutine

Face aux juges, ce mardi, Alexeï Navalny, s’est voulu provocateur aussi bien à l’égard de la cour que de son principal adversaire politique, le président russe, Vladimir Poutine, qu’il accuse d’avoir voulu le tuer.

"Le plus important dans ce procès est de faire peur à une quantité énorme de gens. On en emprisonne un pour faire peur à des millions. Vous ne pourrez pas emprisonner tout le pays ! ", a-t-il martelé depuis le banc des accusés.

D'autres procès en vue

Outre cette affaire, l'opposant de 44 ans est la cible d’autres procédures. Vendredi prochain, il doit comparaître pour "diffamation" envers un ancien combattant.

Alexeï Navalny est aussi accusé d'escroquerie, un crime passible de dix ans de détention, pour avoir, selon les autorités, détourné des dons destinés à son organisation, le Fonds de lutte contre la corruption.

Réactions internationales
Angela Merkel et plusieurs dirigeants occidentaux demandent la libération d'Alexeï Navalny

Angela Merkel et plusieurs dirigeants occidentaux demandent la libération d'Alexeï Navalny

Son arrestation, le 17 janvier à son retour d’Allemagne, a provoqué la colère de la rue. Ses partisans se sont mobilisés par milliers, dans plusieurs villes, pour exiger sa libération et dénoncer le pouvoir de Vladimir Poutine.

L’affaire Navaly, ce sont aussi de nouvelles tensions entre la Russie et les chancelleries occidentales. Des chancelleries qui demandent la libération de l’opposant. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, est d’ailleurs attendu ce vendredi à Moscou et a demandé à rencontrer Alexeï Navalny.

Lire aussi →Affaire Navalny, Berlin affiche sa fermeté

Les Etats-Unis ont également exprimé leur "profonde préoccupation" après la condamnation de l'opposant. Washington appelle la Russie à le libérer "immédiatement et sans conditions".

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a quant à lui, demandé la libération immédiate d'Alexei Navalny, qualifiant la peine de prison infligée à l'opposant de "coup sévère" porté à l'Etat de droit en Russie.

     

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !