RDC : à quand le retour de l′électricité à Kisangani ? | Afrique | DW | 24.11.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : à quand le retour de l'électricité à Kisangani ?

Cela fait environ quatre mois que la ville est sans électricité. La centrale hydroélectrique de la Tshopo s'est arrêtée avec ses trois groupes.

Depuis cet été, la ville de Kisangani vit une pénurie totale d’électricité. Sur place, les habitants ont dû apprendre à s’adapter.

Esther Bapionoto est une jeune étudiante. "Il y a de cela quatre mois que la ville de Kisangani est dans l’obscurité. La population souffre, surtout la population qui ne dépend que de l’électricité. Même les étudiants qui sont sur le campus dépendent de l’électricité pour préparer leurs repas, leurs examens". explique la jeune femme. "Pour un étudiant qui n’a que 2.000 francs congolais pour s’acheter son repas, s’il doit en plus retirer 500 francs de ce même budget pour s’acheter de la braise, cela engendre des conséquences énormes dans son budget. Bientôt, nous entamons la fin de l’année et nous ne savons pas si cette situation va persister jusqu’en 2022."

Une panne que les autorités ont promis de résoudre depuis plusieurs semaines maintenant, mais les travaux s’éternisent. Selon le gouverneur Maurice Abibu Sakapela, l’alimentation électrique devrait toutefois être rétabli sous peu dans la ville de Kisangani. "On ne croise pas les bras, on travaille. Les techniciens de la Société nationale d’électricité (SNEL) travaillent, toutes les pièces sont arrivées de Likasi. Nous sommes occupés à travailler, les travaux sont presque vers la fin, on attend juste une pièce qui manque encore. C’est un joint qui va empêcher que les eaux de la rivière Tshopo n’entrent dans la centrale. Ainsi on va pouvoir relancer l’électricité", explique Mr. Abibu. 

Écouter l'audio 02:10

«Il y a de cela quatre mois que la ville de Kisangani est dans l’obscurité » (Esther Bapionoto)

La société civile veut du concret

Au mois d’octobre, le mouvement Force du changement était descendu dans la rue pour réclamer le rétablissement de l’électricité. A l’époque déjà, les autorités avaient promis que l’alimentation serait rétablie assez rapidement, mais cela n’a pas été le cas.

Lire aussiLes minigénérateurs d’électricité à base de déchets d’Angola

Cette semaine, c’est le mouvement citoyen la Lucha qui prévoit de rencontrer les autorités, le vendredi 26 novembre, soit un mois après les actions de Force pour le changement, comme l’explique Jedidia Mabela, militant au sein de la Lucha. "Nous prévoyons de rencontrer toute la direction régionale de la SNEL ce vendredi pour évaluer le processus de rétablissement du courant et voir où est ce qu’ils en sont avec les travaux de dépannage de nos deux machines qui étaient en panne. Nous allons projeter des manifestations de grande envergure dès la semaine prochaine si la situation reste précaire", martèle le militant.

Lire aussiFournir de l’énergie verte aux petits commerces du Mali

Shabani Loswire, lui aussi habitant de Kisangani, rappelle l’impact de ce manque d’électricité sur le contexte économique et sécuritaire. "Cette pénurie est due à l’arrêt brusque du groupe 2 parmi les 3 qui constituent la centrale hydroélectrique de la Tshopo. Actuellement, la situation est très compliquée parce que la majorité de la population effectuent des activités qui nécessitent vraiment de l’électricité. Mis à part cela, il y a la hausse des prix pour les produits surgelés. A cela s’ajoute une insécurité urbaine qui s’accentue. Les autorités nous appellent à la patience alors que cela va faire un mois qu’on nous a dit que les machines sont en cours de réhabilitation", s’offusque le jeune homme.

Les pertes économiques à cause de cette panne d'électricité sont considérables

Rappelons que le 16 octobre dernier, selon nos collègues d’Actualité.cd, le Premier ministre Sama Lukonde a reçu les députés nationaux de la province de la Tshopo qui sont venus lui rapporter l’impatience de la population.

A l’issue de cette rencontre, le Premier ministre aurait promis de s'occuper de la question de l'électricité à Kisangani. Cela fait désormais plus d’un mois et l’électricité n’est toujours pas rétablie à Kisangani.