RDC : quel gouvernement pour Félix Tshisekedi ? | Arbre à palabre | DW | 15.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

RDC : quel gouvernement pour Félix Tshisekedi ?

Près d’un mois après sa prestation de serment, le président Félix Tshisekedi n’a toujours pas nommé de premier ministre, ni formé son gouvernement. On en parle dans l'Arbre à Palabres cette semaine.

Écouter l'audio 37:00

Trois semaines après la première transition pacifique dans l'histoire du pays, le nouveau chef de l'Etat continue de gérer la RDC avec l'équipe laissée par son prédécesseur, Joseph Kabila. Lors du dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine par exemple, les 10 et 11 février dernier à Addis-Abeba, Félix Tshisekedi était accompagné par Léonard She Okitundu, le chef de la diplomatie de l’ancien président Joseph Kabila.

La participation de Félix Tshisekedi à cette grand-messe continentale lui a certes permis d'asseoir sa légitimité sur plan internationale. Un acte important pour lui parce que celle-ci est toujours contestée devant la même UA par l'autre candidat de l'opposition, Martin Fayulu, qui revendique la victoire avec 61% des voix et réclame un recomptage des voix. Mais le nouveau président ne semble par avoir pris de réelle indépendance face à l'ancienne équipe au pouvoir. 


Quel Premier ministre ?

Désormais, sur la plan intérieur et conformément à la Constitution, Félix Tshisekedi a deux solutions : nommer un Premier ministre "au sein de la majorité parlementaire" ou, "si une telle majorité n'existe pas", il pourra nommer un "informateur" "en vue d'identifier une coalition". C'est à ce stade que les choses se compliquent car les rapports de force parlementaires issus des élections générales du 30 décembre sont défavorables au camp du président. 

Officiellement, la coalition Front commun pour le Congo (FCC) du président sortant Joseph Kabila a obtenu quelque 330 sièges sur 500 dans cette l'Assemblée. Cette majorité doit donc imposer son Premier ministre et son gouvernement au président de la République, dans une cohabitation politique.

Une situation qui pose de nombreuses questions : où en est-on avec les tractations et manœuvres politiques en vue de la formation du nouveau gouvernement ? La stratégie adoptée par Martin Fayulu et la coalition qui soutenait sa candidature est-elle réaliste ? Ne faudrait-il pas tourner la page des élections générales de décembre 2018 et penser à l’avenir du pays ?

Autant d’interrogations qui sont au centre du débat sous l’Arbre à Palabre d’Éric Topona et ses invités.

Il s’agit de :

-Carbone Béni, le coordinateur du mouvement citoyen Filimbi.

-Fidèle Babala, secrétaire général adjoint du MLC, Mouvement de Libération du Congo (MLC), le parti de Jean-Pierre Mbemba et membre de la coalition Lamuka.

- Et maître Guillaume Manjolo, secrétaire général de l’ULDC, Union des libéraux démocrates chrétiens, un parti politique membre du FCC, le Front commun pour le Congo, du président Joseph Kabila. Il était l'un des porte-parole du candidat Emmanuel Ramazani Shadary  lors de la dernière élection présidentielle. 

Pour écouter l’intégralité du débat sous l’Arbre à Palabres, cliquez sur la photo au-dessus de l’article.